Perspectives d’emploi Aide-éducateur/aide-éducatrice de la petite enfance au Canada

Les perspectives d’emploi des personnes qui travaillent comme d’ aide-éducateur/aide-éducatrice de la petite enfance diffèrent selon leur lieu de travail au Canada. Découvrez ce que l’avenir leur réserve dans votre province ou territoire. Ces perspectives concernent l’ensemble des Éducateurs/éducatrices et aides-éducateurs/aides-éducatrices de la petite enfance (CNP 4214).

Veuillez noter que ces perspectives d’emploi ont été publiées en décembre 2019 en fonction des informations disponibles à ce moment. Vous pouvez consulter notre nouveau rapport spécial pour découvrir l’incidence de la COVID-19 sur certaines professions dans votre province ou territoire. Vous pouvez aussi visiter le tableau de bord des offres d’emploi en ligne au Canada pour consulter les plus récentes données sur la demande et les exigences associées à cette profession.

Débouchés au cours des 3 prochaines années

Explorez les perspectives d’emploi futures par province et territoire.

Région Perspectives d’emploi
Terre-Neuve-et-Labrador Acceptables Acceptables
Île-du-Prince-Édouard Bonnes Bonnes
Nouvelle-Écosse Bonnes Bonnes
Nouveau-Brunswick Acceptables Acceptables
Province du Québec Bonnes Bonnes
Ontario Acceptables Acceptables
Manitoba Bonnes Bonnes
Saskatchewan Acceptables Acceptables
Alberta Acceptables Acceptables
Colombie-Britannique Acceptables Acceptables
Territoire du Yukon Bonnes Bonnes
Territoires du Nord-Ouest Acceptables Acceptables
Nunavut Acceptables Acceptables
Légende : Les perspectives d’emploi peuvent être : Indéterminées Limitées Acceptables Bonnes

Vous pouvez aussi consulter ces données sur une carte. Allez à Explore IMT

Conditions du marché du travail au cours des 10 prochaines années

Regardez plus en détail l’évolution prévue de l’offre et de la demande de travailleurs appelés à exercer cette profession au cours de la période 2019-2028. Pour plus d’informations sur les tendances futures en emploi, référez-vous au Système de projection des professions au Canada.

Sommaire

À L'ÉQUILIBRE : L'offre et la demande de main-d'œuvre devraient être relativement similaires pour ce groupe professionnel au cours de la période 2019-2028 au niveau national. La section ci-dessous contient de l'information plus détaillée concernant les perspectives de ce groupe professionnel.

Emploi en 2018

244 500

Âge médian des travailleurs en 2018

40

Âge moyen de la retraite en 2018

63.0

Analyse détaillée

Afin de déterminer les perspectives d'une profession, l'importance de l'écart entre les projections du nombre total de chercheurs d'emploi et celui d'ouvertures d'emploi au cours de la période de projection (2019-2028) est analysée conjointement avec l'évaluation des conditions récentes sur le marché du travail. L'objectif est de déterminer si les conditions récentes sur le marché du travail (pénurie, équilibre ou surplus) observées dans une profession au cours des dernières années persisteront ou changeront au cours de la période de projection. Par exemple, si l'analyse des principaux indicateurs du marché du travail suggère que le nombre de chercheurs d'emploi était insuffisant afin de doter l'ensemble des ouvertures d'emploi (une pénurie de main-d'œuvre) dans une profession au cours des dernières années, les projections sont alors utilisées afin de déterminer si cette situation se poursuivra au cours de la période de projection ou si cette profession retournera à une situation d'équilibre.

Au cours de la période 2016-2018, l'emploi dans ce groupe professionnel est demeuré pratiquement inchangé. Similairement, le taux de chômage est demeuré stable à 5,9 % en 2018, un taux très similaire à la moyenne nationale de 5,8 %. Le nombre stable de travailleurs au chômage, combiné à une hausse du nombre de postes vacants, ont entraîné un déclin dans le nombre de travailleurs disponibles pour combler ces postes vacants, atteignant un ratio de 3 travailleurs au chômage par poste vacant. Ce ratio demeurait toutefois au-dessus de la moyenne pour toutes les professions. Il est important de noter que les effets de saisonnalité jouent un rôle important dans la disponibilité de travailleurs dans cette profession. En effet, durant les mois typiques de l'année scolaire (normalement de septembre à juin), le taux de chômage est souvent substantiellement en-dessous de la moyenne des autres professions. Ainsi, l'analyse des principaux indicateurs du marché du travail suggère que les chercheurs d'emploi étaient suffisamment nombreux pour combler les postes disponibles dans ce groupe professionnel.

Pour les Éducateurs/éducatrices et aides-éducateurs/aides-éducatrices de la petite enfance., au cours de la période 2019-2028, les projections montrent un total de 81 700 nouvelles possibilités d'emploi (provenant de la demande d'expansion et de remplacement) et de 76 900 chercheurs d'emploi (provenant des sortants scolaires, de l'immigration et de la mobilité).

Étant donné que les projections de possibilités d'emploi et de chercheurs d'emploi devraient être relativement similaires au cours de la période 2019-2028, on anticipe que les conditions d'équilibre entre l'offre et la demande de main-d'œuvre observées lors des dernières années se maintiendront au cours de la période de projection. Environ la moitié des ouvertures d'emploi découleront des départs à la retraite, malgré un taux de retraite similaire à la moyenne pour toutes les professions. Les travailleurs de ce groupe professionnel sont généralement plus jeunes que dans les autres professions et prennent leur retraite habituellement au même moment dans leur carrière. La croissance de l'emploi devrait être légèrement plus forte que la moyenne de l'ensemble des professions, mais tout de même inférieure à celle enregistrée par ce groupe professionnel au cours de la période 2009-2018. Deux raisons principales expliquent le ralentissement anticipé dans la création d'emploi au cours de la période de projection. Premièrement, la croissance du nombre d'enfants âgés de 0 à 4 devrait être plus faible qu'au cours des 10 dernières années, ce qui devrait se traduire par une baisse dans la fréquentation des centres de la petite enfance et les services de garde à domicile. Deuxièmement, la mise en place de différents règlements et programmes au cours des dix dernières années, visant notamment à accroître les qualifications nécessaires pour ce groupe professionnel, devrait tempérer la croissance de l'emploi. Malgré le fait que certaines provinces ont commencé à exiger un diplôme d'études collégial pour les travailleurs de ce groupe professionnel au cours de la dernière décennie, la croissance d'emploi est demeurée forte puisqu'elle fût stimulée par la création de nombreuses places dans les centres de la petite enfance, une tendance qui devrait ralentir considérablement au cours de la période de projection.

Du côté de l'offre, les sortants scolaires représenteront plus de 80 % des chercheurs d'emploi au cours de la période de projection. Compte tenu des relativement faibles exigences associées à quelques postes (comme les aides-éducateurs de la petite enfance) de ce groupe professionnel, les immigrants seront une source non négligeable de chercheurs d'emploi. Toutefois, un certain nombre de travailleurs quitteront ce groupe pour exercer d'autres professions, notamment en tant qu'aides-enseignants/aides-enseignantes aux niveaux primaire et secondaire (CNP 4413) ou directeurs/directrices des services sociaux, communautaires et correctionnels (CNP 0423).

Source Système de projection des professions au Canada - EDSC

Sondage à propos de l’information sur le marché du travail
Date de modification :