Perspectives d’emploi Médecin spécialiste au Canada

Les perspectives d’emploi des personnes qui travaillent comme de médecin spécialiste diffèrent selon leur lieu de travail au Canada. Découvrez ce que l’avenir leur réserve dans votre province ou territoire. Ces perspectives concernent l’ensemble des Médecins spécialistes (CNP 3111).

Veuillez noter que les perspectives d’emploi actuelles pour 2019-2021 ont été publiées en décembre 2019 en fonction des informations disponibles à ce moment. Nous nous efforçons de mettre à jour ces renseignements aussi tôt que possible. En attendant, visitez le tableau de bord des offres d’emploi en ligne au Canada pour consulter les plus récentes données sur la demande et les exigences associées à cette profession. Vous pouvez aussi consulter nos nouveaux portraits sectoriels pour vous renseigner sur les développements récents dans les secteurs économiques clés de votre région.

Débouchés au cours des 3 prochaines années

Explorez les perspectives d’emploi futures par province et territoire.

Région Perspectives d’emploi
Terre-Neuve-et-Labrador Bonnes Bonnes
Île-du-Prince-Édouard Bonnes Bonnes
Nouvelle-Écosse Bonnes Bonnes
Nouveau-Brunswick Bonnes Bonnes
Province du Québec Bonnes Bonnes
Ontario Bonnes Bonnes
Manitoba Bonnes Bonnes
Saskatchewan Bonnes Bonnes
Alberta Bonnes Bonnes
Colombie-Britannique Bonnes Bonnes
Territoire du Yukon Indéterminées Indéterminées
Territoires du Nord-Ouest Indéterminées Indéterminées
Nunavut Indéterminées Indéterminées
Légende : Les perspectives d’emploi peuvent être : Indéterminées Limitées Acceptables Bonnes

Vous pouvez aussi consulter ces données sur une carte. Allez à Explore IMT

Conditions du marché du travail au cours des 10 prochaines années

Regardez plus en détail l’évolution prévue de l’offre et de la demande de travailleurs appelés à exercer cette profession au cours de la période 2019-2028. Pour plus d’informations sur les tendances futures en emploi, référez-vous au Système de projection des professions au Canada.

Sommaire

PÉNURIE : Ce groupe professionnel devrait être confronté à une situation de pénurie de main-d'œuvre au cours de la période 2019-2028 au niveau national. La section ci-dessous contient de l'information plus détaillée concernant les perspectives de ce groupe professionnel.

Emploi en 2018

48 500

Âge médian des travailleurs en 2018

46

Âge moyen de la retraite en 2018

65.0

Analyse détaillée

Afin de déterminer les perspectives d'une profession, l'importance de l'écart entre les projections du nombre total de chercheurs d'emploi et celui d'ouvertures d'emploi au cours de la période de projection (2019-2028) est analysée conjointement avec l'évaluation des conditions récentes sur le marché du travail. L'objectif est de déterminer si les conditions récentes sur le marché du travail (pénurie, équilibre ou surplus) observées dans une profession au cours des dernières années persisteront ou changeront au cours de la période de projection. Par exemple, si l'analyse des principaux indicateurs du marché du travail suggère que le nombre de chercheurs d'emploi était insuffisant afin de doter l'ensemble des ouvertures d'emploi (une pénurie de main-d'œuvre) dans une profession au cours des dernières années, les projections sont alors utilisées afin de déterminer si cette situation se poursuivra au cours de la période de projection ou si cette profession retournera à une situation d'équilibre.

Au cours de la période 2016-2018, l'emploi dans cette profession n'a pas connu de croissance significative. Le taux de chômage est demeuré très bas à 0,7 % en 2018, limitant ainsi les possibilités de croissance de l'emploi dues au manque de travailleurs disponibles. Tandis que le nombre de chômeurs reste faible, le nombre de postes vacants a augmenté de manière significative. Selon l'OCDE, le Canada compte actuellement 2,8 médecins pour 1000 habitants et se classe 24e sur 30 pays de l'OCDE en ce qui concerne le nombre de médecins par habitant. À titre de comparaison, les trois premiers pays, l'Autriche, la Norvège et la Lituanie, ont des ratios respectifs de 5,2, 4,8 et 4,6 médecins pour 1000 habitants1. Ainsi, en 2018, il y avait moins qu'un chômeur par poste vacant. Ainsi, l'analyse des principaux indicateurs du marché du travail suggère que les chercheurs d'emploi étaient insuffisamment nombreux pour combler les postes disponibles dans ce groupe professionnel.

Pour les Médecins spécialistes., au cours de la période 2019-2028, les projections montrent un total de 32 500 nouvelles possibilités d'emploi (provenant de la demande d'expansion et de remplacement) et de 20 000 chercheurs d'emploi (provenant des sortants scolaires, de l'immigration et de la mobilité).

Les conditions de pénurie de main-d'œuvre observées au cours des dernières années se maintiendront au cours de la période 2019-2028 et devraient même s'aggraver puisque le nombre d'ouvertures d'emploi devrait être substantiellement plus grand que le nombre de chercheurs d'emploi au cours de la période de projection. En effet, le vieillissement de la population canadienne se traduira par une augmentation de la demande pour les services de santé. De plus, en conséquence du vieillissement de la population, le nombre de cas complexes à traiter ainsi que ceux nécessitant un plus long suivi seront également plus importants. Ainsi, les médecins spécialistes devraient enregistrer le plus haut taux de croissance de l'emploi de tous les groupes professionnels. En outre, les départs à la retraite devraient également contribuer à augmenter considérablement le nombre d'ouvertures d'emploi, bien que le taux de départ à la retraite soit similaire à la moyenne pour l'ensemble des professions. Même si ces travailleurs ont tendance à être plus âgés, ils prennent également leur retraite à un âge beaucoup plus avancé. Du côté de l'offre, les sortants scolaires représenteront la principale source de chercheurs d'emploi dans ce groupe professionnel. Malgré les conditions d'accès difficiles pour les personnes qui ont obtenu leur diplôme de médecine à l'étranger, les immigrants qui réussiront leurs examens du Collège royal des médecins et chirurgiens du Canada et qui obtiendront un permis d'exercice provincial ou territorial représenteront 22 % de tous les chercheurs d'emploi. Cependant, un certain nombre de médecins spécialistes devrait accepter des postes de gestion ou devenir professeurs/professeures au niveau universitaire afin de former la prochaine cuvée de médecins spécialistes. Ainsi, afin d'éviter de se retrouver en situation de pénurie, il faudrait accroître substantiellement le nombre de sortants scolaires. Néanmoins, cela ne sera pas possible à court terme en raison des nombreuses années de formation nécessaire avant de pouvoir travailler comme médecin spécialiste.

1 Source: OCDE, mars 2020, https://data.oecd.org/fr/healthres/medecins.htm

Source Système de projection des professions au Canada - EDSC

Date de modification :