Perspectives d’emploi Chef de cuisine en Ontario

Les perspectives d’emploi des Chefs (CNP 6321) sont bonnes en Ontario au cours des 3 prochaines années. Ces perspectives s’appliquent aussi aux personnes qui travaillent comme chef de cuisine.

Veuillez noter que les perspectives d’emploi actuelles pour 2019-2021 ont été publiées en décembre 2019 selon les informations disponibles à ce moment.

Débouchés en Ontario

chef de cuisine
Perspectives au cours des 3 prochaines années
Bonnes

Les perspectives d'emploi seront bonnes pour les chefs (CNP 6321) en Ontario pour la période 2019à 2021.

Les facteurs suivants ont contribué à cette conclusion :

  • la croissance d'emploi prévue devrait entraîner la création de plusieurs postes
  • quelques postes deviendront disponibles en raison de départs à la retraite
  • un certain nombre de travailleurs expérimentés sont à la recherche d'un emploi dans cette profession
  • le roulement élevé de personnel dans cette profession pourrait entraîner des possibilités d'emploi supplémentaires;
  • en raison du caractère saisonnier de cette profession, les perspectives d'emploi ont tendance à être plus favorables au cours de la période estivale.

Les perspectives d'emploi pour les chefs dépendent principalement des activités touristiques et des dépenses des consommateurs en alimentation et les services d'hébergement, y compris les restaurants et les hôtels. Les dépenses dans les restaurants et les bars ainsi que pour les services d'hébergement, représentent environ un tiers des dépenses touristiques et ont augmenté au cours des dernières années. De plus, la croissance des dépenses des ménages en aliments achetés dans les restaurants dépasse celle des aliments achetés dans les magasins. Ces tendances sont de bon augure pour l'emploi dans l'industrie. Toutefois, on prévoit que des facteurs comme un niveau d'endettement élevé et le vieillissement de la population réduiront les dépenses discrétionnaires des ménages pour les repas au restaurant, ce qui pourrait modérer les possibilités d'emploi au cours de la période de prévision.

Plus des deux tiers des chefs travaillent dans des restaurants à service complet, où des services alimentaires sont fournis aux clients qui commandent et sont servis à table, et dans des restaurants à service restreint, où les clients commandent et paient avant de manger. L'évolution des préférences des consommateurs et la forte concurrence des restaurants à service restreint pourraient, à l'avenir, limiter les possibilités d'emploi pour les chefs.

Certains restaurateurs ont indiqué que la hausse des prix des aliments a eu des répercussions négatives sur leur entreprise, ce qui pourrait nuire à leur capacité d'embaucher du personnel de cuisine supplémentaire. L'augmentation de la popularité des applications de livraison d'aliments et la demande croissante pour de repas prêts-à-manger pourraient profiter aux restaurants qui choisissent de participer à ce secteur d'activités. Cela pourrait entraîner une plus grande demande de chefs et d'autres employés de cuisine, particulièrement dans les régions densément peuplées de la province. À l'inverse, les commissions élevées facturées par les applications de livraison d'aliments pourraient ne pas être viables pour tous les restaurants.

En Ontario, la reconnaissance professionnelle est facultative pour les chefs. Ceux qui possèdent un titre professionnel ou qui ont terminé un programme de formation culinaire peuvent avoir de meilleures possibilités d'emploi. Alors qu'un nombre croissant de gens obtiennent leur diplôme d'un programme de formation culinaire, le marché du travail pourrait devenir plus concurrentiel. Les chefs expérimentés qui savent gérer du personnel et qui font preuve de créativité dans l'élaboration de menus adaptés aux goûts changeants des consommateurs, à des prix concurrentiels, s'en tireront mieux sur le marché du travail. Ces professionnels perfectionnent souvent leurs compétences sur plusieurs années en travaillant à titre de sous-chef ou dans d'autres postes subalternes.

Les chefs pourraient être appelés à travailler selon des quarts de travail différents, y compris les soirs, les fins de semaine et les jours fériés ; par conséquent, faire preuve de souplesse constitue un atout. Les perspectives d'emploi ont tendance à être meilleures dans les grandes villes où il y a un plus grand nombre de restaurants. Les possibilités d'emploi peuvent être saisonnières, en particulier dans les régions rurales où les centres de villégiature et les installations touristiques ne sont parfois ouverts qu'une partie de l'année.

Voici quelques faits saillants au sujet chefs en Ontario :

Date de modification :