Perspectives d’emploi Cuisinier/cuisinière à l’Île-du-Prince-Édouard

Les perspectives d’emploi des Cuisiniers/cuisinières (CNP 6322) sont bonnes à l’Île-du-Prince-Édouard au cours des 3 prochaines années. Ces perspectives s’appliquent aussi aux personnes qui travaillent comme cuisinier/cuisinière.

Avis : Ces perspectives d’emploi ont été publiées en décembre 2021 en fonction des données disponibles au moment de l’analyse. La prochaine mise à jour aura lieu en décembre 2022. Pour en savoir plus, consultez notre FAQ. Vous pouvez aussi trouver des renseignements supplémentaires sur le tableau de bord des offres d’emploi en ligne au Canada.

Débouchés à l’Île-du-Prince-Édouard

cuisinier/cuisinière
Perspectives au cours des 3 prochaines années
Bonnes

Les perspectives d'emploi seront bonnes pour les cuisiniers (CNP 6322) à l'Île-du-Prince-Édouard pour la période 2021 à 2023.

Les facteurs suivants ont contribué à cette conclusion :

  • la croissance d'emploi prévue devrait entraîner la création de plusieurs postes
  • un certain nombre de postes deviendront disponibles en raison de départs à la retraite
  • quelques travailleurs expérimentés sont à la recherche d'un emploi dans cette profession
  • le roulement élevé de personnel dans cette profession pourrait entraîner des possibilités d'emploi supplémentaires;
  • en raison du caractère saisonnier de cette profession, les perspectives d'emploi ont tendance à être plus favorables au cours de la période estivale

La relance de l'industrie touristique de l'île, étant donné la hausse des taux de vaccination et les assouplissements des restrictions en matière de santé et de voyage, devrait également contribuer à l'amélioration des perspectives d'emploi. Des possibilités d'emploi peuvent aussi émaner des postes vacants découlant de la réorientation d'anciens travailleurs ayant été mis à pied ou ayant vu leurs heures de travail grandement réduites en raison de la pandémie. Les signalements de pénuries de travailleurs au sein de l'industrie pointent vers des perspectives d'emploi favorables pour les prochaines années.

La majorité des cuisiniers sont employés dans les services alimentaires, principalement dans des restaurants à service complet, et dans une moindre mesure, dans des restaurants à service restreint. D'autres employeurs clés sont les établissements de soins infirmiers et les services d'hébergement des voyageurs comme les hôtels et les centres de villégiature.

Les perspectives d'emploi seront donc meilleures pour les candidats ayant une solide expérience en cuisine. Bien qu'il s'agisse majoritairement de postes de débutant et qu'avoir un certificat de métier spécialisé est facultatif, les personnes qui ont terminé un programme d'apprentissage ou un autre programme culinaire pourraient mieux réussir sur le marché du travail, en particulier dans les établissements de soins infirmiers. Les personnes qui ont plusieurs années d'expérience dans la préparation de plats typiques d'ethnies minoritaires auront aussi de bonnes perspectives d'emploi étant donné la croissance de la diversité culturelle dans la province. Les possibilités d'emploi pour les cuisiniers peuvent être saisonnières, et il y en a plus pendant l'été. Certains cuisiniers changent souvent d'emploi, ce qui crée des possibilités d'emploi supplémentaires dans cette profession.

Cette tendance est particulièrement évidente dans certaines régions rurales, où les centres de villégiature et les installations touristiques peuvent être ouverts seulement une partie de l'année. Les cuisiniers peuvent devoir travailler divers quarts dont les soirs, les fins de semaine et les jours fériés, alors faire preuve de flexibilité peut être un atout pour obtenir un emploi.

Le vieillissement de la population, le nombre croissant de ménages unifamiliaux et la participation croissante des femmes à la population active continueront de bénéficier à l'industrie de la restauration.

Voici quelques faits saillants au sujet des cuisiniers à l'Île-du-Prince-Édouard :

  • environ 1 050 personnes occupent un poste dans cette profession
  • les cuisiniers travaillent principalement dans les industries suivantes :
    • services de restauration et débits de boissons (SCIAN 722) : 61 %
    • hôpitaux (SCIAN 622) : 9 %
    • établissements de soins infirmiers et de soins pour bénéficiaires internes (SCIAN 623) : 8 %
    • services d'hébergement (SCIAN 721) : 7 %
  • leur répartition entre le travail à temps plein et à temps partiel est :
    • travail à temps plein : 71 % par rapport à 83 % dans toutes les professions
    • travail à temps partiel : 29 % par rapport à 17 % dans toutes les professions
  • 40 % des cuisiniers travaillent toute l'année tandis que 60 % travaillent seulement une partie de l'année, par rapport à 58 % et 42 % respectivement dans toutes les professions. Ceux qui travaillent seulement une partie de l'année le font en moyenne pendant 27 semaines par rapport à 27 semaines dans toutes les professions
  • moins de 5 % des cuisiniers sont des travailleurs autonomes, par rapport à 11 % dans toutes les professions
  • Vous pouvez aussi consulter ces données sur une carte. Allez à Explore IMT

    Conditions du marché du travail au cours des 10 prochaines années

    Selon nos prévisions, il y aura un équilibre entre l’offre et la demande de Cuisiniers/cuisinières (CNP 6322) au Canada au cours des 10 prochaines années.

    En savoir plus

Sondage à propos de l’information sur le marché du travail
Date de modification :