Perspectives d’emploi Apprenti électricien/apprentie électricienne en construction à l’Île-du-Prince-Édouard

Mise à jour de la Classification nationale des professions

Nous avons mis à jour cette page pour refléter le passage à la version de 2021 de la Classification nationale des professions (CNP). Pour cette raison, la profession « apprenti électricien/apprentie électricienne en construction » a été déplacée du groupe Électriciens/électriciennes (sauf électriciens industriels/électriciennes industrielles et de réseaux électriques) (NOC 7241) au groupe Électriciens/électriciennes (sauf électriciens industriels/électriciennes industrielles et de réseaux électriques) (NOC 72200).

Explorez les perspectives d’emploi actuelles et futures des personnes qui travaillent comme d’apprenti électricien/apprentie électricienne en construction à l’Île-du-Prince-Édouard ou Canada.

Débouchés à l’Île-du-Prince-Édouard

Veuillez noter que ces perspectives d’emploi ont été produites en fonction de la version 2016 de la CNP. En savoir plus à propos de notre méthodologie.

apprenti électricien/apprentie électricienne en construction
Perspectives au cours des 3 prochaines années
Bonnes

Les perspectives d'emploi seront bonnes pour les électriciens/électriciennes (sauf électriciens industriels/électriciennes industrielles et de réseaux électriques) (CNP 7241) à l'Île-du-Prince-Édouard pour la période 2022 à 2024.

Les facteurs suivants ont contribué à cette conclusion :

  • la croissance d'emploi prévue devrait entraîner la création de plusieurs postes
  • un certain nombre de postes deviendront disponibles en raison de départs à la retraite
  • quelques travailleurs expérimentés sont à la recherche d'un emploi dans cette profession

Les perspectives d’emploi pour cette profession demeurent bonnes puisqu’il y a toujours une pénurie de travailleurs et des postes vacants dans la province en raison de gains solides à la fois dans l’investissement résidentiel et non résidentiel. La demande de travailleurs dans cette profession devrait demeurer favorable en raison de la construction domiciliaire continue pour soutenir l’accroissement de la population, ainsi que les travaux d’entretien, de rénovations et de réparations. 

L’activité de construction devrait diminuer graduellement en 2023 étant donné que certains projets majeurs sont presque terminés et que la croissance de l’investissement ralentit. Par conséquent, la situation du marché du travail pourrait commencer à montrer des signes d’équilibre vers la fin de la période de prévision. Les possibilités devraient surgir, comme il faudra remplacer les travailleurs qui prennent leur retraite. 

Les travaux d’entretien, de réparation et de modernisation des systèmes informatisés de chauffage, d’éclairage, de ventilation, de conditionnement d’air et de systèmes d’alarme dans les bâtiments pourraient continuer à créer des possibilités d’emploi pour les électriciens ayant des connaissances spécialisées relatives à ces systèmes. Les électriciens doivent souvent voyager d’un lieu de travail à l’autre et travailler des heures supplémentaires et la fin de semaine. Il pourrait être intéressant pour les électriciens qui souhaitent établir leur propre entreprise d’explorer les occasions appropriées d’investissement.

Voici quelques faits saillants au sujet des électriciens/électriciennes (sauf électriciens industriels/électriciennes industrielles et de réseaux électriques) à l'Île-du-Prince-Édouard :

  • environ 600 personnes occupent un poste dans cette profession
  • les électriciens/électriciennes (sauf électriciens industriels/électriciennes industrielles et de réseaux électriques) travaillent principalement dans les industries suivantes :
    • construction (SCIAN 23) : 83 %
    • fabrication de matériel de transport (SCIAN 336) : 8 %
  • 56 % des électriciens/électriciennes (sauf électriciens industriels/électriciennes industrielles et de réseaux électriques) travaillent toute l'année tandis que 44 % travaillent seulement une partie de l'année, par rapport à 57 % et 42 % respectivement dans toutes les professions. Ceux qui travaillent seulement une partie de l'année le font en moyenne pendant 32 semaines par rapport à 27 semaines dans toutes les professions
  • 9 % des électriciens/électriciennes (sauf électriciens industriels/électriciennes industrielles et de réseaux électriques) sont des travailleurs autonomes, par rapport à 11 % dans toutes les professions
  • leur répartition selon le sexe est :
    • hommes : plus de 95 % par rapport à 51 % dans toutes les professions
    • femmes : moins de 5 % par rapport à 49 % dans toutes les professions
  • le niveau d'éducation atteint par les travailleurs de cette profession est :
    • pas de diplôme d'études secondaires : moins de 5 % par rapport à 14 % dans toutes les professions
    • diplôme d'études secondaires ou l'équivalent : 10 % par rapport à 28 % dans toutes les professions
    • certificat ou diplôme d'apprenti ou d'école de métier : 35 % par rapport à 8 % dans toutes les professions
    • attestation ou diplôme d'études collégiales ou certificat universitaire de premier cycle : 48 % par rapport à 28 % dans toutes les professions
    • baccalauréat : moins de 5 % par rapport à 15 % dans toutes les professions
    • certificat ou diplôme universitaire supérieur au baccalauréat : n.d.

Sondage à propos de l’information sur le marché du travail
Date de modification :