Compétences Superviseur/superviseure de vendeurs de billets près de Edmonton (AB)

Voici les compétences généralement requises pour exercer le travail de superviseur/superviseure de vendeurs de billets au Canada. Les compétences fournies s’appliquent à l’ensemble des Surveillants/surveillantes des autres services (CNP 6316).

Expertise

Les personnes qui exercent cette profession font habituellement appel aux compétences suivantes.

  • Prendre des dispositions pour l'entretien et la réparation de l'équipement
  • Exécuter des travaux de nettoyage à sec ou de blanchissage au besoin
  • Assurer le bon fonctionnement des ordinateurs, de l'équipement et de la machinerie
  • Coordonner les activités avec les autres unités de travail ou départements
  • Préparer et présenter des rapports d'étapes et d'autres rapports
  • Établir les horaires et les procédures de travail
  • Régler les situations d'urgence
  • Demander ou commander du matériel, de l'équipement et des fournitures
  • Superviser, coordonner et planifier (et possiblement passer en revue) les activités des travailleurs
  • Assurer la formation des employés/travailleurs quant aux tâches, aux mesures de sécurité et aux politiques de la compagnie
  • Résoudre les problèmes reliés au travail
  • Superviser le fonctionnement d'équipement mécanique et de machines
  • Contrôler la qualité et la productivité
  • Superviser le nettoyage d'articles spéciaux ou d'autres nécessitant un traitement spécial
  • Aider les clients/invités ayant des besoins spéciaux

Compétences essentielles

Voyez comment les 9 compétences essentielles s’appliquent à cette profession.

Lecture
  • Lire les instructions et les mises en garde sur les étiquettes des produits chimiques et de l'équipement. Lire, par exemple, au besoin, les instructions de stockage sur les étiquettes apposées sur les contenants d'herbicides et de pesticides. (1)
  • Lire de brefs textes saisis dans des formulaires. Lire, par exemple, des commentaires dans des formulaires sur l'entretien de l'équipement et l'évaluation des dangers afin d'en apprendre sur l'équipement endommagé et les conditions de travail non sécuritaires. Lire de brefs textes saisis dans des formulaires sur l'inspection du grain afin d'en apprendre sur la condition des semences et des grains. (1)
  • Lire des notes de service, des bulletins et des courriels. Lire, par exemple, à l'occasion, des notes de service et des bulletins pour en apprendre sur les nouvelles politiques d'établissement des prix, les procédures de travail et les conditions de croissance. Lire, s'il y a lieu, des courriels provenant de producteurs afin de prendre connaissance des livraisons et des récoltes. (2)
  • Lire de brefs rapports. Lire, par exemple, à l'occasion, des rapports de non-conformité afin de connaître les événements qui ont mené à des incidents liés à l'innocuité des aliments ainsi que les mesures correctives prises. (3)
  • Lire des brochures publicitaires et des articles dans des revues spécialisées. Lire, par exemple, à l'occasion, des brochures publicitaires pour s'informer sur les nouveaux équipements de manutention du grain. Lire, s'il y a lieu, des articles dans des revues comme «Western Producer» et «Ontario Farmer» pour prendre connaissance des changements apportés aux programmes de subventions du gouvernement. (3)
  • Lire une variété de manuels et de guides. Lire, par exemple, les manuels de politiques et de procédures de leur organisation afin de connaître les politiques en matière de ressources humaines et les exigences concernant la production de rapports. Lire des manuels de sécurité et d'équipement afin de connaître les pratiques et les procédures de travail sécuritaires pour faire fonctionner et entretenir de l'équipement comme des convoyeurs à bande et des pattes de chargement. Lire des guides de classement afin de savoir comment classer les divers types de semences et de cultures. (3)
  • Lire, s'il y a lieu, des lois, des règlements et des ententes de commercialisation. Lire, par exemple, au besoin, la «Loi sur les grains du Canada» afin de connaître les normes de qualité et les règlements concernant la manutention des grains. Lire, à l'occasion, des règlements émis par l'Agence canadienne d'inspection des aliments afin de connaître les règles qui régissent l'innocuité des aliments et l'importation de semences au Canada. Lire, au besoin, les ententes de commercialisation de la Commission canadienne du blé afin de prendre connaissance des protocoles de résolution de conflits, des droits et des procédures dont ils peuvent se prévaloir. (4)
Utilisation de documents
  • Reconnaître les symboles qui figurent sur les étiquettes, l'emballage des matériaux, les dessins et les affiches. Observer, par exemple, les symboles de danger sur les étiquettes de contenants afin de connaître les risques d'exposition aux pesticides. (1)
  • Consulter les étiquettes sur l'emballage des produits et sur l'équipement afin d'y repérer des données comme les spécifications et les numéros d'identification. (1)
  • Repérer des données dans des horaires. Consulter, par exemple, des horaires afin de déterminer les heures d'arrivée des trains et des camions de transport. (2)
  • Repérer des données dans des tableaux, des listes et des horaires. Consulter, par exemple, des tableaux de facteurs déterminants de grades primaires afin de déterminer les pourcentages maximums acceptables d'ergot, d'excrétions, sclérotiniose et de pierres pour chaque grade de semence et de grain. Repérer des prix et des dimensions dans des listes de pièces et de prix. (3)
  • Saisir des données dans des formulaires. Par exemple, les directeurs adjoints d'élévateur à grains saisissent des données comme des dates, des types de marchandise, des tonnages, des cellules et des grades dans des formulaires sur l'évaluation des risques et des formulaires d'expéditions. Les directeurs d'élévateur à grains saisissent des numéros d'identification, des montants en dollars et des coordonnées dans des modèles de contrats d'achat de grain et des formulaires de déclaration du client. (3)
  • Repérer et interpréter, s'il y a lieu, des données sur des dessins techniques et des cartes. Repérer, par exemple, au besoin, des hauteurs, des dégagements et l'emplacement de pièces sur des dessins à l'échelle. Interpréter, s'il y a lieu, des cartes codées par couleurs afin de déterminer les effets de l'humidité, des températures, des herbicides et des pesticides sur la production. (3)
  • Interpréter, au besoin, des schémas. Étudier, par exemple, à l'occasion, des schémas de processus afin d'y repérer des dispositifs de contrôle et de comprendre la circulation des semences et des grains dans les nettoyeurs à grain et les séchoirs. (3)
Rédaction
  • Rédiger de brefs textes à saisir dans des journaux et des registres. Rédiger, par exemple, à l'occasion, des rappels sur des livraisons et des réunions à venir dans des journaux. Rédiger des observations concernant l'état de l'équipement et les risques pour la sécurité dans des registres. (1)
  • Rédiger des courriels et des notes de service. Rédiger, par exemple, au besoin, des courriels à l'intention de fournisseurs afin de confirmer des prix, des dates de livraison et la disponibilité des fournitures. Les directeurs d'élévateur à grains rédigent, à l'occasion, des notes de service pour expliquer aux travailleurs et aux producteurs les changements apportés aux politiques et aux procédures. (2)
  • Rédiger, s'il y a lieu, des procédures et des instructions de travail. Par exemple, les directeurs d'élévateur à grain rédigent, s'il y a lieu, des procédures visant à expliquer les processus de démarrage et d'arrêt de l'équipement. Rédiger, au besoin, des instructions séquentielles pour expliquer les mesures à prendre en cas d'urgence. (3)
  • Rédiger, à l'occasion, des rapports. Par exemple, les directeurs d'élévateur à grains rédigent, au besoin, des rapports d'enquête sur les accidents et des rapports de non-conformité, lesquels comprennent des déclarations de témoins et des recommandations. Ils rédigent, s'il y a lieu, des rapports afin de présenter les motifs des projets de développement des investissements et des réparations majeures. (4)
CalculCalculs monétaires
  • Calculer, s'il y a lieu, des montants du remboursement des dépenses concernant les déplacements et les fournitures. Calculer, par exemple, au besoin, le remboursement des frais admissibles, comme les repas et l'utilisation de véhicules personnels selon un tarif par kilomètre. (2)
  • Calculer et vérifier le montant des factures. Calculer, par exemple, le montant des factures concernant des produits achetés. Multiplier le coût unitaire par les quantités, appliquer les rabais concernant les achats à prix forfaitaire et ajouter les taxes applicables. Calculer le montant des factures pour les services de stockage, de traitement et de livraison. Calculer les volumes, les poids, la freinte, les distances et les taxes applicables. Calculer aussi les paiements versés aux producteurs concernant différents volumes et grades de blé, de pois et d'autres cultures. (3)
Calendriers des budgets et des opérations comptables
  • Préparer, à l'occasion, des rapports financiers. Par exemple, les directeurs d'élévateur à grains préparent, s'il y a lieu, des rapports financiers pour résumer les revenus provenant de la vente de produits comme des herbicides et des pesticides. (2)
  • Établir, au besoin, les horaires de production et d'expédition. Par exemple, les directeurs d'élévateur à grains établissent des horaires de travail pour les travailleurs qu'ils supervisent. Ils tiennent compte des délais d'exécution, des temps de livraison, des coûts et de la disponibilité du transport au moment de créer les horaires d'expédition. (3)
  • Établir et surveiller, au besoin, des budgets d'exploitation et d'immobilisations. Par exemple, les directeurs d'élévateur à grains préparent des budgets d'exploitation concernant l'utilisation des élévateurs à grains et les activités d'approvisionnement agricole. Au moment d'établir les budgets, ils utilisent des données sur les coûts historiques, généraux et administratifs, les productions prévues et le prix des marchandises. Ils préparent, au besoin, des budgets pour les projets de développement des élévateurs à grains, lesquels tiennent compte du coût de l'équipement, de l'installation, de la main-d'oeuvre et des pertes sur le plan de la production. (4)
Mesures et calculs
  • Prendre des mesures et des lectures sur les instruments. Mesurer, par exemple, la température à l'aide de thermomètres, le poids à l'aide de balances et la distance à l'aide de compteurs kilométriques. Mesurer également la teneur en humidité et en protéines des semences et des grains à l'aide d'un humidimètre et d'analyseurs de grains. (1)
  • Calculer les quantités de pièces et de matériaux nécessaires pour les travaux de construction, d'entretien et de réparation. Calculer, par exemple, s'il y a lieu, le nombre d'éléments malaxeurs nécessaires pour réparer les convoyeurs endommagés. (2)
  • Calculer les capacités et les charges. Déterminer, par exemple, au besoin, la capacité des silos rectangulaires, cylindriques et coniques. Calculer le poids total de diverses bennes de camions et des wagons qui contiennent du grain et des légumineuses de différentes densités. (3)
Analyses des données numériques
  • Comparer les mesures et les lectures d'instruments aux spécifications. Comparer, par exemple, les mesures de la teneur en humidité aux spécifications afin de déterminer si l'envoi satisfait aux normes en matière d'humidité. Comparer les mesures de la teneur en protéines du grain aux spécifications afin de déterminer le grade et la classe. (1)
  • Vérifier les lectures d'équipement. Vérifier, par exemple, les lectures de contrôle des processus automatisés en les comparant aux mesures et aux lectures prises par des jauges indépendantes et des affichages numériques. (2)
  • Gérer, au besoin, les inventaires de fournitures. Par exemple, les directeurs d'élévateur à grains voient leur inventaire baisser lorsque des producteurs achètent des herbicides et des pesticides. Ils peuvent commander des articles et reconstituer les stocks afin de remplacer les produits utilisés. (2)
  • Générer et analyser, à l'occasion, des statistiques de production. Par exemple, les directeurs d'élévateur à grains génèrent, s'il y a lieu, des statistiques comme le rendement des cultures afin de décrire la productivité globale des producteurs. Ils analysent, au besoin, les taux de croissance du blé et la qualité de leurs grains afin de déterminer l'efficacité des herbicides. (3)
Calcul approximatif
  • Estimer, au besoin, le temps requis pour charger et décharger les convois de grains. Tenir compte de la capacité de leur équipement, de la disponibilité du personnel et des conteneurs de stockage, ainsi que des volumes de grains à déplacer. (2)
  • Estimer, à l'occasion, le poids des récoltes qui doivent être livrées. Par exemple, les directeurs d'élévateur à grains tiennent compte des statistiques rétrospectives sur le tonnage, des rapports sur les récoltes, des conditions météorologiques, des types de récoltes cultivées par les producteurs ainsi que de leur maturation afin d'estimer les tonnages qui nécessitent un traitement. (3)
Communication verbale
  • Discuter de produits, de prix et d'horaires de livraison avec des fournisseurs et des entrepreneurs. Appeler, par exemple, au besoin, des fournisseurs afin de commander des pesticides et de demander de l'information sur les livraisons. Appeler, s'il y a lieu, des techniciens en réparations afin de planifier la réparation de l'équipement et d'en déterminer les coûts. (1)
  • Discuter du travail en cours avec des confrères de travail. Discuter, par exemple, à l'occasion, avec des confrères de travail au sujet des envois et des livraisons à venir ainsi que des résultats des activités de classement des produits. Les directeurs d'élévateur à grains discutent, à l'occasion, de budgets, de processus et d'échéanciers, ainsi que d'exigences réglementaires et de production de rapports avec d'autres directeurs de leur organisation. (3)
  • Décrire des processus et des procédures. Par exemple, les exploitants de silos à grains décrivent le système de facteurs déterminants de grades aux producteurs et expliquent les raisons pour lesquelles les récoltes à faible teneur en protéines et à niveau élevé de contaminants sont associées à des grades inférieurs. Ils offrent aux producteurs des directives concernant les mélanges et l'application de produits, comme des herbicides et des pesticides. Ils expliquent aussi les procédures de livraison des récoltes aux transporteurs. (3)
  • Diriger, former et conseiller, s'il y a lieu, des confrères de travail. Par exemple, les directeurs d'élévateur à grains décrivent les tâches aux nouveaux employés et expliquent la façon dont l'équipement, comme les tarières de chargement, est exploité et entretenu. Ils assurent le règlement des conflits entre les travailleurs et discutent de leur rendement. (3)
  • Donner, à l'occasion, des présentations aux producteurs, à des confrères de travail et à des groupes communautaires. Par exemple, les directeurs d'élévateur à grains expliquent, s'il y a lieu, les processus de manutention et de classement des grains ainsi que les attributs des divers herbicides et pesticides aux producteurs ainsi qu'à des confrères de travail. Ils peuvent donner des présentations à des groupes communautaires afin de revoir l'historique des élévateurs à grains et de souligner des occasions d'emploi. (3)
  • Négocier, s'il y a lieu, des prix, des concessions, des échéanciers et des calendriers de paiement avec les producteurs. Par exemple, les directeurs d'élévateur à grains négocient, s'il y a lieu, des prix et des calendriers de paiement avec des producteurs qui achètent des produits comme des herbicides. Ils peuvent aussi négocier la valeur des récoltes avec les producteurs. (3)
Capacité de raisonnementRésolution de problèmes
  • Se rendre compte que les récoltes ne sont pas acceptables en raison de leur détérioration et des niveaux élevés de contamination. Indiquer aux producteurs les raisons pour lesquelles les récoltes ne satisfont pas aux normes de qualité. Retrancher et acheter les portions utilisables de la récolte et éliminer le reste. (2)
  • Ne pas être en mesure de traiter des envois de grains ou de vendre des produits en raison de pannes d'équipement et de pénuries de produits. Effectuer d'autres tâches jusqu'à ce que l'équipement soit réparé et que les produits nécessaires arrivent. Embaucher, au besoin, des entrepreneurs pour effectuer les réparations ou déterminer le problème et réparer l'équipement eux-mêmes. (2)
Prise de décision
  • Décider d'arrêter, de ralentir ou d'accélérer le chargement et le déchargement du grain. Décider, par exemple, s'il y a lieu, d'arrêter le chargement du grain en raison d'un mauvais fonctionnement du système et de conditions météorologiques défavorables. (2)
  • Choisir des fournisseurs et des entrepreneurs. Par exemple, les directeurs d'élévateur à grains tiennent compte des produits, des prix et des délais de livraison des fournisseurs au moment d'obtenir des pièces de rechange. Ils choisissent les entrepreneurs en considérant leurs métiers, leurs prix, leurs disponibilités et leurs certifications. (2)
  • Accepter ou rejeter des récoltes livrées aux élévateurs à grains. Tenir compte des lignes directrices prévues dans la réglementation, de la qualité des récoltes et des risques de contamination et d'infestation par les insectes. (2)
  • Choisir les procédures, l'équipement et les réglages concernant les tâches liées au traitement des récoltes et des semences. Choisir, par exemple, à l'occasion, le réglage de l'équipement qui convient le mieux au traitement des semences à haute teneur en humidité. (3)
  • Décider, s'il y a lieu, d'embaucher, de congédier, de promouvoir et de discipliner des travailleurs. Par exemple, les directeurs d'élévateur à grains embauchent des travailleurs pour pourvoir à des postes à temps plein ou à temps partiel. (3)
Pensée critique
  • Jugent de la sécurité des lieux et des procédures de travail. Ils observent les risques que présentent les machines comme les transporteurs et les rampes de chargement, et confirment que les systèmes de sécurité comme les barrières, les dispositifs de protection et les interrupteurs automatiques fonctionnent correctement. Ils prennent en considération les possibilités d¿exposition aux matériaux toxiques comme les pesticides, ainsi que les risques d¿explosion en raison de l¿accumulation de poussières combustibles. (2)
  • Évaluent la condition de l¿équipement. Ils observent le fonctionnement de l¿équipement, prennent des mesures et écoutent les bruits produits par l¿équipement dans le but de détecter des bruits inhabituels. (2)
  • Peuvent évaluer le rendement des entrepreneurs et des employés. Par exemple, les exploitants de silos à grains évaluent le rendement des travailleurs qu¿ils supervisent. Ils étudient les relevés d¿emploi et recueillent des données sur les jours de congé, les retards au travail et les journées de maladie utilisées. Ils rappellent les cas d¿efforts et de résultats supérieurs. Ils évaluent le rendement des entrepreneurs en prenant en considération leur rapidité, leurs prix et leurs capacités. (2)
  • Jugent de l¿efficacité des produits. Par exemple, ils peuvent demander aux fermiers les résultats obtenus avec différentes combinaisons de semences et d¿herbicides. (3)
  • Jugent de la qualité des récoltes et des grains. Ils jugent de la qualité des semences et des récoltes en mesurant les protéines, l¿humidité et la contamination, de même qu¿en observant les couleurs, les odeurs et d¿autres caractéristiques physiques. (3)
Planification et organisation du travail

Planification et organisation du travail des autres

Les exploitants de silos à grains sont responsables de planifier et d'organiser leur temps afin de respecter les horaires d'entretien et de production. Ils doivent fréquemment ajuster leur plan de travail afin de trouver du temps pour aider d'autres membres de l'équipe et pour combler les retards causés par des conditions météorologiques défavorables, des pannes d'équipement et des pénuries de matériel, de fournitures et de main-d'oeuvre. (2)

Planification et organisation de leur travail

Les directeurs d'élévateur à grains planifient et coordonnent les activités de confrères de travail et d'entrepreneurs. Ils planifient et organisent les activités de confrères de travail afin de respecter les échéances de production et d'entretien. Ils organisent aussi les activités des entrepreneurs afin d'assurer la réparation efficace et sécuritaire de l'équipement défectueux. (2)

Utilisation particulière de la mémoire
  • Se rappeler les détails des politiques, des procédures d'exploitation et des exigences réglementaires.
  • Se rappeler les spécifications concernant l'équipement et les processus, comme les plages normales de pression et de débit.
  • Se rappeler les facteurs déterminants qui influencent les différents grades de semences et de grains.
Recherche de renseignements
  • Trouver de l'information sur les producteurs. Revoir les historiques de production et les formulaires de demande. Discuter avec des producteurs, des confrères de travail et des transporteurs. (2)
  • Trouver de l'information au sujet de nouveaux produits et équipements. Lire des revues spécialisées et des documents publicitaires, comme des brochures. Discuter aussi des nouveaux produits avec les producteurs, les fournisseurs, les confrères de travail et les collègues et mener des recherches sur Internet. (2)
Technologie numérique
  • Utiliser le traitement de texte. Utiliser, par exemple, à l'occasion, les fonctionnalités de formatage et d'édition de base des programmes de traitement de texte comme Word et WordPerfect pour rédiger des notes de service, des politiques et des procédures. (2)
  • Utiliser des bases de données. Utiliser, par exemple, des bases de données personnalisées pour récupérer des coordonnées, des dates, des limites de crédit, des numéros d'inventaire et des horaires d'entretien de l'équipement. Saisir également des données, comme des revenus, des achats, des statistiques de production et des mesures. (2)
  • Utiliser, s'il y a lieu, un logiciel de comptabilité, de facturation et de tenue de livre. Par exemple, les directeurs d'élévateur à grains utilisent, au besoin, des programmes de comptabilité pour enregistrer les opérations financières et en assurer le suivi. Ils utilisent, à l'occasion, des fonctionnalités plus avancées pour générer des factures et des chèques de paie. (2)
  • Utiliser un logiciel de communication. Utiliser, par exemple, des logiciels de courriel et de communication personnels pour communiquer avec des confrères de travail, des clients et des producteurs ainsi que pour envoyer et recevoir des pièces jointes, comme des rapports de production. (2)
  • Utiliser Internet. Utiliser, par exemple, au besoin, des navigateurs comme Internet Explorer pour accéder à des sites Web. Rechercher de l'information sur de l'équipement à l'aide de fonctions de recherche générales. Consulter des sites enregistrés dans leurs favoris afin d'y repérer et d'y télécharger des prix de marchandises et des bulletins. (2)
  • Utiliser, au besoin, des feuilles de calcul. Par exemple, les directeurs d'élévateur à grains créent, s'il y a lieu, des feuilles de travail pour assurer le suivi des dépenses, des heures et des statistiques de production. Ils créent, à l'occasion, des budgets d'exploitation et d'immobilisations en saisissant les revenus et les dépenses prévus dans des modèles budgétaires. Ils utilisent également, au besoin, des tableurs pour créer et imprimer des graphiques qui illustrent les tendances des ventes et de la production. (3)
  • Utiliser, s'il y a lieu, un logiciel d'analyse statistique. Par exemple, les directeurs d'élévateur à grains utilisent, à l'occasion, un logiciel d'analyse statistique personnalisé pour analyser les statistiques de production. (3)
  • Utiliser d'autres applications logicielles et matérielles. Utiliser, par exemple, à l'occasion, un logiciel de système de commande réparti pour assurer le suivi et la régulation des niveaux d'énergie, de la consommation de carburant, des vitesses, des températures, des poids et du niveau l'humidité. Repérer des données, comme des poids et des températures, sur des écrans d'ordinateur et ajuster le réglage du traitement à l'aide d'interfaces informatiques. (3)
Renseignements supplémentairesAutres compétences essentielles :

Travail d'équipe

Ils coordonnent leurs activités avec leurs collègues et des entrepreneurs comme des réparateurs afin d¿établir des horaires de travail et d¿exécuter des tâches qui exigent deux personnes ou plus. Les exploitants de silos à grains travaillent de façon autonome lorsqu¿ils analysent les grains et les semences et lorsqu¿ils entretiennent l¿équipement. (2)

Formation continue

La formation continue s'avère un élément très important pour les exploitants de silos à grains étant donné la nécessité de maintenir leurs connaissances à jour concernant les nouvelles spécifications relatives au classement des semences et des récoltes, les règlements, le prix des marchandises, les produits, les pratiques de production et les exigences en matière de sécurité. Ils apprennent de diverses façons. Ils assistent à des conférences, à des séminaires et à des ateliers à l'extérieur offerts par les formateurs de leur organisation ou par des entrepreneurs. Ils lisent des bulletins de l'industrie, des magazines, des manuels et des rapports publiés par des fabricants et des organisations, comme les conseils agricoles. Ils apprennent dans le cadre de leur travail en discutant avec des producteurs, des hauts dirigeants et des confrères de travail expérimentés. Les exploitants de silos à grains peuvent suivre des cours d'accréditation et de renouvellement d'accréditation, dans le cadre de leurs conditions d'emploi. (2)

Sondage à propos de l’information sur le marché du travail
Date de modification :