Compétences Nutritionniste administratif/nutritionniste administrative près de Sudbury (ON)

Voici les compétences généralement requises pour exercer le travail de nutritionniste administratif/nutritionniste administrative au Canada. Les compétences fournies s’appliquent à l’ensemble des Diététistes et nutritionnistes (CNP 3132).

Expertise

Les personnes qui exercent cette profession font habituellement appel aux compétences suivantes.

  • Élaborer, mettre en oeuvre et superviser des programmes de nutrition, de préparation des aliments et de restauration
  • Élaborer, mettre en oeuvre et superviser des programmes de nutrition, de préparation des aliments et de restauration, dans des centres hospitaliers, des centres d'hébergement, des écoles, des cafétérias d'entreprises ou des établissements similaires
  • Planifier, évaluer et mettre en oeuvre des programmes d'éducation nutritionnelle et élaborer du matériel éducatif à l'intention d'un auditoire varié
  • Analyser les documents scientifiques courants concernant la nutrition, faire de la recherche et évaluer l'efficacité des programmes pour améliorer la valeur nutritive, la saveur, l'apparence et la préparation des aliments
  • Aider à prévenir ou à traiter les conséquences d'une alimentation inadéquate
  • Déterminer les besoins alimentaires des patients et concevoir, mettre en oeuvre et évaluer des menus normaux et thérapeutiques dans le but de maintenir et d'améliorer l'état de santé général

Habiletés et connaissances

Consultez la liste des habiletés et connaissances habituellement requises pour exercer cette profession.

  • Habiletés

  • Services et soins Aide - Services et soins
    • Traiter des personnes ou des animaux
  • Gestion Aide - Gestion
    • Superviser
    • Évaluer
  • Analyse Aide - Analyse
    • Examiner et diagnostiquer
    • Prévoir les résultats
    • Rechercher et enquêter
    • Planifier
  • Communication Aide - Communication
    • Fournir des services-conseils et des consultations
    • Enseigner et former
    • Établir des relations et former des réseaux
    • Promouvoir et vendre

Compétences essentielles

Voyez comment les 9 compétences essentielles s’appliquent à cette profession. Cette section sera mise à jour bientôt.

Lecture
  • Lire des courriels venant de clients et de collègues concernant divers sujets traitant de nutrition et de santé. (1)
  • Lire des notes sur les formulaires trouvés dans les dossiers des clients afin d'obtenir l'information nécessaire pour conseiller les clients et pour concevoir des plans d'intervention qui répondent à leurs besoins. (2)
  • Lire des normes pertinentes de pratique, des codes de déontologie et des lignes directrices établis par des organismes de réglementation et par des organisations professionnelles nationales et provinciales afin de pouvoir travailler d'une façon professionnelle et sécuritaire. (3)
  • Lire des articles de magazines, des revues et d'autres publications spécialisées pour se tenir au courant des tendances et des sujets traitant de nutrition et pour être plus en mesure de conseiller les clients au sujet des questions de nutrition. Lire, par exemple, sur des sujets comme les avantages liés au fait de manger des aliments biologiques, les dangers que comporte la consommation de pesticides et les dangers que représentent les gras trans pour la santé. (3)
  • Parcourir des manuels et des revues pour se rafraîchir la mémoire et trouver de l'information nouvelle concernant des diagnostics ou des types de maladie spécifiques de manière à pouvoir élaborer des plans d'intervention qui conviennent aux clients. Lire, au moment de traiter les femmes enceintes, par exemple, des manuels pour connaître les herbes qui peuvent être consommées sans danger au cours de la grossesse et les sources d'aliments naturels qui fourniront aux femmes l'acide folique dont elles ont besoin pour que les cellules se divisent et croissent rapidement. (4)
  • Possibilité de lire ou d'examiner les lois et les règlements actuels ou des projets de loi et de règlement tel que les «Lignes directrices relatives à l'évaluation de l'innocuité des aliments nouveaux» publiées par Santé Canada afin de connaître les critères d'évaluation de la sécurité dans le cas des plantes et des micro-organismes génétiquement modifiés. Lire, s'il y a lieu, des projets de loi sur l'étiquetage des produits alimentaires pour formuler des commentaires à Santé Canada concernant la façon dont la loi aura une incidence sur divers groupes d'intervenants. (4)
Utilisation de documents
  • Analyser des horaires de travail et en tirer de l'information. Analyser, par exemple, au besoin, l'horaire du personnel pour déterminer la meilleure façon de réaffecter les ressources compte tenu d'un niveau d'absentéisme élevé ou réviser son propre horaire pour composer avec les visites des clients. (1)
  • Recueillir des renseignements de divers tableaux, comme les tableaux des valeurs nutritives et des étiquettes des aliments, pour comprendre la valeur nutritive des produits alimentaires et leur pertinence par rapport à certains régimes thérapeutiques. (2)
  • Tirer de l'information de divers graphiques. Utiliser, par exemple, les graphiques de l'indice de masse corporelle (IMC) pour déterminer quels clients risquent d'avoir des problèmes de santé ou un graphique des percentiles du poids selon l'âge afin de déterminer si les taux de croissance des enfants présentent des problèmes de santé potentiels. (2)
  • Remplir un certain nombre de formulaires pour enregistrer de l'information essentielle qui servira à l'élaboration des régimes thérapeutiques les mieux adaptés aux clients. Recueillir, à cette fin, de l'information au sujet des habitudes alimentaires actuelles et passées, des régimes actuels, des traitements médicamenteux, des antécédents médicaux et sociaux des clients ainsi que des données physiques comme la taille et le poids. (2)
  • Inscrire de l'information dans les tableaux des systèmes de mesure de la charge de travail. Les tableaux contiennent des précisions sur le nombre de clients conseillés, le nombre de consultations par client et sur le mode de consultation (téléphone ou en personne). (2)
  • Extraire de l'information de divers formulaires. Pour les nutritionnistes communautaires, examiner, au besoin, par exemple, les formulaires de demande de restaurants qui aimeraient être approuvés et annoncés comme établissements offrant des choix de menus santé. Parcourir les formulaires pour recueillir des renseignements détaillés au sujet de ce qui est offert sur le menu, de ce qui peut être offert sur demande au client sans coût supplémentaire et au sujet des normes concernant la nutrition, l'innocuité des aliments et l'environnement sans fumée. (2)
  • Inscrire des valeurs dans une grille ou un modèle existant afin de conserver un dossier ou de rendre une analyse possible. Inscrire, par exemple, la prise de poids sur des graphiques pour démontrer l'effet positif des suppléments alimentaires dans le régime des clients. (2)
  • Consigner de l'information dans des tableaux d'analyse nutritionnelle pour documenter les résultats qui permettront de déterminer la réussite d'une intervention. Inscrire, par exemple, de l'information dans des tableaux d'analyse nutritionnelle pour des clients qui souffrent de troubles de l'alimentation afin de montrer des valeurs en laboratoire et des valeurs anthropométriques comme le poids et l'indice de masse corporelle, la prise alimentaire et la prise de liquides, ou encore pour déterminer si les clients ont commis des excès ou se sont purgés depuis leurs dernières visites. (3)
  • Examiner les tableaux de rapports indiquant la situation des clients de sections ou de services particuliers. Les tableaux fournissent de l'information comme le nombre de lits, le nom, le sexe, le diagnostic à l'admission, les antécédents médicaux, les commandes de régime et les allergies, s'il y a lieu. Ce document présente un aperçu complet de la situation des clients et il est utilisé pour établir un ordre de priorité des visites aux clients et prévoir les mesures à prendre pour chaque client. (3)
Rédaction
  • Écrire des notes dans les dossiers des clients au sujet des séances, y compris des détails concernant les conversations, les évaluations, les recommandations et les mesures de suivi exigées. (1)
  • Écrire des courriels à des clients qui demandent de l'information nutritionnelle ou à d'autres membres de l'équipe des soins de santé qui ont besoin d'une information à jour au sujet des clients. (2)
  • Élaborer des plans nutritionnels conviviaux pour des clients qui reçoivent leur congé. Ces plans comprennent des régimes recommandés, des directives sur la préparation des aliments et des renseignements généraux sur la manière dont la nutrition aura un effet positif sur les troubles médicaux sous-jacents des clients. (2)
  • Écrire sur diverses questions et divers sujets qui touchent la nutrition aux fins de publication dans des bulletins d'information, des brochures et des feuillets d'information. Habituellement, l'objectif de ces écrits est d'informer la clientèle au sujet d'une alimentation et de choix de vie sains. Rédiger, au besoin, par exemple, des feuillets d'information qui fournissent aux clients des instructions par étapes qui permettent d'évaluer le poids à l'aide de l'indice de masse corporelle. (3)
  • Rédiger des rapports nutritionnels à l'intention des médecins qui fournissent de l'information au sujet de la santé générale des clients, de leurs activités, de leur appétit, de la prise alimentaire, des facteurs de risque nutritionnels et des préférences alimentaires. Les rapports peuvent aussi contenir des recommandations spécifiques. Recommander, s'il y a lieu, par exemple, des suppléments alimentaires pour des clients selon les données cliniques présentées dans les rapports. (3)
  • Répondre à des questions qui se trouvent sur les formulaires d'évaluation de santé Canada. Fournir à la demande, par exemple, de l'information supplémentaire concernant un produit particulier que l'on prévoit mettre sur le marché canadien. (3)
  • Rédiger des procédures et des politiques en matière de services alimentaires, par exemple, des procédures détaillées pour la prestation de repas et de collations. Rédiger des politiques sur la façon correcte de manipuler les aliments et sur la prévention de la contamination alimentaire. (4)
  • Possibilité de rédiger des rapports techniques et de recherche et des documents de travail destinés à des publics professionnels ou à des décideurs publics. Les données présentées dans ces rapports peuvent être utilisées pour élaborer ou appuyer des politiques publiques qui contribuent à l'édification de collectivités plus saines. Publier, s'il y a lieu, par exemple, des résultats de recherche dans des revues spécialisées qui démontrent la nécessité de s'assurer que tous les Canadiens possèdent les ressources financières requises pour acheter des aliments sains et faire des choix de vie sains. (5)
CalculCalculs monétaires
  • Calculer, s'il y a lieu, des frais de voyage admissibles à un remboursement. Multiplier les kilomètres parcourus par un taux, y ajouter les autres dépenses et faire le total du montant du remboursement demandé. (1)
  • Calculer, s'il y a lieu, des montants de factures et recevoir des paiements. Préparer, par exemple, des factures pour des services consultatifs en multipliant le nombre d'heures de counselling par le taux horaire professionnel, y ajouter les taxes pertinentes et calculer le total. Possibilité d'approuver des paiements. Vérifier, par exemple, que les montants de produits facturés ont été reçus et sont facturés selon les prix négociés. (2)
Calendriers des budgets et des opérations comptables
  • Établir le coût d'articles qui seront vendus dans les cafétérias en fonction de tous les coûts directs et indirects. Remplacer des articles inscrits sur les menus de cafétéria s'ils ne sont pas rentables. (2)
  • Déterminer, s'il y a lieu, les besoins en effectif et créer des horaires de travail pour de grands hôpitaux et des cuisines d'établissements en fonction du nombre de repas à préparer dans chaque établissement. (3)
  • Planifier et de surveiller les budgets de projets de recherche en fonction du financement accordé. Déterminer la manière de mettre en oeuvre les activités de recherche afin de réaliser ces dernières en respectant le budget. (3)
  • Analyser des rapports financiers annuels pour déterminer la rentabilité des services de préparation des aliments dans des hôpitaux, des écoles et d'autres grands établissements. (3)
  • Comparer les propositions de fournisseurs de produits alimentaires concurrents afin de déterminer lequel offre la meilleure valeur compte tenu du prix et du contenu nutritionnel. (3)
Mesures et calculs
  • Mesurer la taille, le poids, la masse musculaire et le pourcentage de gras corporel des clients à l'aide de rubans à mesurer, de balances et de compas d'épaisseur. (1)
  • Évaluer la viscosité des aliments en utilisant l'information recueillie au cours d'un test d'étalement linéaire. Mettre la nourriture au centre d'un diagramme et voir à quel point elle s'étend. Le diagramme consiste en une série de cercles concentriques qui indiquent la viscosité des aliments. (1)
  • Convertir des unités de mesure, par exemple convertir en livres le poids des clients exprimé en kilogrammes, selon les préférences des clients. (2)
  • Calculer les besoins nutritionnels des clients afin de mettre au point des plans d'intervention. Calculer en kilocalories les besoins en énergie, en multipliant le poids corporel en kilogrammes par 25. (2)
Analyses des données numériques
  • Comparer des séries de données prises à différents moments afin de déterminer si les valeurs croissent ou décroissent. Comparer, par exemple, le poids des clients à la première visite de consultation ou six semaines plus tard afin de déterminer s'il a augmenté ou diminué tel que souhaité. (2)
  • Analyser, s'il y a lieu, les données provenant de caisses enregistreuses électroniques, comme le nombre d'utilisateurs de la cafétéria, la somme d'argent dépensée, l'activité au cours de diverses périodes et les ventes par article. Utiliser ces données pour prendre des décisions concernant les besoins en personnel, l'horaire et la planification des menus. (2)
  • Analyser, s'il y a lieu, les résultats des sondages sur la satisfaction de la clientèle, des sondages sur le gaspillage dans les assiettes et des données semblables. Utiliser, par exemple, des données de sondage pour améliorer les méthodes qui permettent de fournir aux clients d'établissements des repas nourrissants et satisfaisants, pour déterminer les effets d'un programme d'éducation qui encourage les choix d'aliments plus sains ou pour décider si la prise d'un nouveau supplément alimentaire a aidé des clients à risque élevé dans des établissements de soins prolongés. (3)
Calcul approximatif
  • Évaluer la prise de calories quotidiennes type des clients en fonction de l'information comme les types d'aliments consommés, la taille des portions et la fréquence des repas. Ces estimations brutes peuvent être utilisées pour formuler des recommandations générales concernant les habitudes alimentaires des clients. (2)
  • Estimer, s'il y a lieu, les prévisions de revenus pour les services alimentaires. Ces estimations sont fondées sur les résultats financiers des périodes précédentes. (2)
  • Estimer les quantités de produits à commander en fonction des stocks courants et des taux d'utilisation quotidiens prévus. (2)
Communication verbale
  • Interagir avec les fournisseurs pour obtenir de l'information concernant la valeur nutritive de leurs produits, pour vérifier la disponibilité d'autres produits qui répondent à des critères nutritionnels spécifiques et pour négocier des prix. (2)
  • Participer à des rencontres avec des collègues pour coordonner le travail, discuter de l'élaboration de programmes, évaluer le rendement de l'unité de travail et prévoir des ressources communes. (2)
  • Discuter d'antécédents nutritionnels avec les clients afin d'élaborer des plans d'intervention nutritionnels individualisés. Rencontrer, par exemple, des clients qui se remettent d'un cancer de la gorge, qui ont peu d'appétit et qui souffrent de nausées par suite des traitements afin de déterminer le type de nourriture qu'ils peuvent et aiment manger. Il importe de respecter les préférences des clients et de les transmettre au personnel responsable du service des aliments. (2)
  • Consulter des pairs et des collègues de travail au sujet de la nutrition et du régime. Demander, par exemple, à des collègues d'hôpitaux voisins de fournir des conseils sur la stratégie nutritionnelle la plus appropriée à recommander à des clients qui présentent des affections inhabituelles. (3)
  • Présenter des exposés et organiser des séminaires d'enseignement à l'intention de petits et de grands groupes traitant d'une vaste gamme de questions nutritionnelles. Présenter, s'il y a lieu, par exemple, un exposé à des travailleurs d'usine sur l'importance d'un régime sain. Présenter, s'il y a lieu, par exemple, un séminaire sur la salubrité des aliments à des bénévoles communautaires qui préparent des repas pour les aînés. Animer, s'il y a lieu, par exemple, un atelier à l'intention d'enseignants sur les besoins nutritionnels des enfants ou prendre la parole devant des étudiants d'école secondaire au sujet des dangers pour la santé que comportent les mauvaises habitudes alimentaires. (3)
Capacité de raisonnementRésolution de problèmes
  • Constater que des clients ne respectent pas les rendez-vous prévus, et ne prennent pas le temps de les annuler. Élaborer et publier des politiques d'annulation ou établir des procédures pour appeler les clients la veille de leur rendez-vous pour réduire le nombre de rendez-vous manqués. (1)
  • Éprouver des difficultés à enseigner aux clients ou de leur offrir une thérapie nutritionnelle en raison d'obstacles linguistiques. Essayer de trouver des documents écrits dans la langue des clients ou demander à des membres de la famille ou à d'autres personnes de jouer le rôle d'interprète. (2)
  • Découvrir que des clients ne peuvent pas acheter les produits nutritionnels qui leur ont été recommandés. Constater, par exemple, que des clients vivent dans des régions où le produit n'est pas distribué. Communiquer avec les fournisseurs pour savoir si les grossistes peuvent approvisionner les centres de distribution dans ces régions. Parfois, les clients ne peuvent pas assumer le coût des produits nutritionnels. Consulter d'autres professionnels afin de trouver les ressources financières offertes par les divers ordres de gouvernement et les groupes communautaires. Appeler des fabricants, d'autres hôpitaux et des réseaux de collègues pour voir qui possède les produits ou sait où trouver les produits nutritionnels spécialisés quand ils ne sont pas facilement disponibles. (2)
  • Recevoir des plaintes de clients concernant les services alimentaires. Par exemple, des clients placés en établissement écrivent à l'administrateur pour dire que les choix de menu à la cafétéria sont inadéquats et mauvais pour la santé. Rencontrer les clients pour discuter des plaintes, examiner les menus et les budgets, et parler au personnel responsable de la cuisine. Intégrer un buffet à salades, ajouter davantage de fruits frais et de légumes au menu et afficher les faits nutritionnels concernant les choix de menu assortis d'un système de cartes visuelles. (3)
  • Rencontrer des clients qui ont des croyances ou des pratiques qui posent problème. Conseiller, s'il y a lieu, par exemple, un végétarien qui insiste pour utiliser des suppléments nutritionnels qui sont d'une valeur discutable tout en évitant de consommer des aliments plus sains. Élaborer un plan de traitement qui respecte les choix du client, mais qui continue de fournir un régime équilibré. Fournir aussi au client des renseignements détaillés qui le mettent au courant des bons choix nutritionnels à faire pour assurer la réussite du plan. (3)
Prise de décision
  • Décider quels produits acheter pour des programmes de services alimentaires compte tenu de la valeur nutritionnelle, du prix et des préférences des clients. (2)
  • Décider de renouveler les contrats de fournisseurs. Examiner la capacité des fournisseurs de fournir les produits qui répondent aux nouvelles exigences au chapitre de la valeur nutritionnelle et correspondent aux goûts changeants du public. Comparer le coût des produits aux produits semblables offerts sur le marché et vérifier la disponibilité des produits qui, à prix égal, ont une valeur nutritionnelle supérieure. (2)
  • Prendre, s'il y a lieu, des décisions à propos d'activités de recherche confiées à des internes en fonction du nombre de semaines de disponibilité des internes, des objectifs d'apprentissage de ces derniers et de la pertinence des résultats sur le plan de l'apprentissage pour leurs organisations. (2)
  • Décider quels clients doivent avoir préséance. Fonder ces décisions sur la gravité des problèmes des clients et sur les procédures prévues pour eux par le personnel de l'hôpital. Les diététistes travaillant dans un hôpital rencontrent en premier lieu, par exemple, un client qui reçoit son congé plus tôt que prévu pour lui transmettre les directives qu'il faut fournir aux patients recevant leur congé. Apprendre, s'il y a lieu, qu'un client vient tout juste d'être admis et que l'on prévoit une procédure d'urgence et décider que ce client doit alors avoir préséance par rapport aux autres clients qu'il sera possible de rencontrer plus tard au cours de la journée. (3)
  • Décider du type d'information à transmettre et de la méthode d'enseignement à utiliser de manière à ce que les clients ne soient pas submergés et soient en mesure d'assimiler l'information transmise. Miser sur les connaissances courantes des clients et, si les clients ont plusieurs affections médicales, les aborder une à la fois. (3)
  • Décider de modifier ou de réviser des plans d'intervention compte tenu des évaluations des résultats. Recommander, par exemple, un nouveau régime pour corriger des problèmes médicaux quand les clients ne réagissent pas comme prévu. (3)
  • Décider de réaffecter du personnel pour s'assurer que la préparation des aliments et les programmes de service sont correctement exécutés. Réaffecter, par exemple, des employés d'autres secteurs quand un certain nombre d'employés sont absents du travail. (3)
Pensée critique
  • Juger de l¿adéquation des suppléments nutritifs selon un certain nombre de considérations essentielles comme la disponibilité des produits dans les secteurs où les clients habitent, le coût des produits et les nutriments qu¿ils contiennent ainsi que les besoins nutritionnels particuliers aux clients. Ils peuvent également consulter d¿autres diététistes afin qu¿ils valident leurs évaluations finales. (2)
  • Évaluer la valeur ou les bienfaits pour la santé des produits alimentaires. Par exemple, ils peuvent considérer les bienfaits potentiels pour la santé de la consommation de produits du soya et déterminer si les produits du soya biologiques sont plus bénéfiques pour la santé que les produits du soya transformés, si le soya peut déclencher des réactions allergiques et quel est l¿apport idéal en soya. (2)
  • Déterminer les menus nutritionnels et thérapeutiques optimaux pour répondre aux besoins de leurs clients. Par exemple, un nutritionniste peut élaborer un régime visant à aider un athlète de haut niveau à réaliser une performance optimale. Le menu spécial se fonde sur une analyse du régime actuel de l¿athlète, de ses habitudes pour la cuisson des aliments et de ses habitudes alimentaires (3)
  • Trouver des stratégiques qui feront la promotion d¿habitudes alimentaires saines dans des populations en particulier. Par exemple, un nutritionniste en milieu scolaire peut évaluer des stratégies visant à réduire la consommation de gras et à augmenter la consommation quotidienne de fruits, de légumes et de grains entiers des élèves. Le nutritionniste enquête sur des facteurs qui affectent le changement de comportement, analyse les tendances actuelles en matière de régime et étudie les pratiques exemplaires des programmes similaires. (3)
  • Les diététistes doivent peser et évaluer le plan nutritionnel qui sera le plus bénéfique pour les clients. Par exemple, les clients des centres de soins actifs y sont souvent admis avec de multiples conditions. Chacune de ces conditions présente un défi nutritionnel unique. Les diététistes analysent des données recueillies au cours d¿entrevues d¿évaluation, notamment les diagnostics médicaux, la prise de médicaments, la dentition, la capacité d¿avaler et les besoins énergétiques dans le but d¿établir les plans nutritionnels idéaux pour les clients. (3)
Planification et organisation du travail

Planification et organisation de leur travail

Les diététistes et les nutritionnistes organisent leurs propres activités quotidiennes de travail, mais doivent être prêts à modifier leur horaire à mesure que des événements imprévus surviennent, qu'il s'agisse de l'état de santé déclinant d'un client, de l'absence d'employés ou de collègues, ou de nouvelles priorités gouvernementales.

Planification et organisation du travail des autres

Les diététistes et les nutritionnistes peuvent planifier le travail d'autres nutritionnistes et d'autres travailleurs s'ils supervisent des projets de recherche ou des programmes de santé publique.

Utilisation particulière de la mémoire
  • Mémoriser un certain nombre d'équations fréquemment utilisées comme l'équation de Harris-Benedict.
  • Mémoriser les valeurs nutritionnelles de produits alimentaires spécifiques.
  • Mémoriser les recommandations du «Guide alimentaire canadien» propres au sexe, au groupe d'âge, à la taille, au niveau d'activité et aux possibilités de multiplication.
Recherche de renseignements
  • Chercher de l'information dans Internet au sujet des dernières tendances et modes en matière de régime. (1)
  • Trouver de l'information au sujet de clients dans des dossiers comme les formulaires d'évaluation, les formulaires de résultats de laboratoire, les dossiers médicaux et les notes rédigées par divers professionnels de la santé qui sont intervenus. Avoir accès, s'il y a lieu, à des bases de données d'établissements pour connaître les dossiers médicaux des clients et les résultats de laboratoire. (2)
  • Interroger les membres de la famille et les amis des clients au moment d'effectuer des évaluations nutritionnelles pour des clients qui sont incapables d'y participer à cause d'une mauvaise santé ou d'obstacles linguistiques. (2)
  • Consulter d'autres diététistes, professionnels de la santé et membres d'équipes interdisciplinaires, au sein des organismes et à l'extérieur de ces derniers, afin de discuter de sujets nutritionnels généraux ou propres à des cas. (3)
  • Lire des livres, des revues spécialisées, des magazines sur la nutrition, des publications gouvernementales et des manuels de référence afin de trouver de l'information au sujet des affections, des nouveaux traitements médicaux, des nouveaux produits alimentaires, des suppléments alimentaires et des tendances nouvelles. Examiner, par exemple, des documents portant sur les gras trans afin de recueillir des idées en vue d'un plan d'action qui réduira les gras trans des produits inscrits sur les menus des cafétérias. (3)
Technologie numérique
  • Utiliser des bases de données. Avoir accès, par exemple, à des bases de données spécialisées pour examiner les dossiers des clients et prendre note de renseignements sur les soins aux clients dans les grands établissements. Possibilité d'utiliser des bases de données pour conserver des statistiques concernant le type, la fréquence et la durée des consultations. (2)
  • Utiliser, par exemple, des logiciels de tenue de livres, de facturation et de comptabilité. Utiliser, par exemple, des logiciels comptables spécialisés pour faire le suivi des revenus et des dépenses de l'organisation et pour les prévoir lors de la participation à l'élaboration, à l'administration et à la supervision de programmes de préparation et de services de nutrition et d'alimentation. (2)
  • Utiliser des logiciels de communication. Utiliser, par exemple, le courrier électronique pour informer des clients et échanger de l'information avec des pairs et des collègues. Joindre des documents en format PDF, choisir et sauvegarder des messages électroniques dans des fichiers appropriés, ou expédier des messages à l'aide de listes de distribution et de listes d'envoi personnelles. (2)
  • Utiliser d'autres logiciels. Naviguer, par exemple, dans Internet pour trouver de l'information sur des bases de données en ligne afin de trouver des réponses à des questions particulières au chapitre de la nutrition. (2)
  • Utiliser d'autres logiciels, tels que des logiciels de nutrition spécialisés pour calculer les besoins nutritionnels des clients compte tenu de l'âge, du poids et des besoins quotidiens en énergie. (2)
  • Utiliser un logiciel de traitement de texte. Rédiger, par exemple, des lettres, des rapports adressés à des médecins et des instructions concernant des programmes de traitement nutritionnel à l'aide des fonctions de base de traitement de texte. Créer et concevoir des affiches, des brochures, des exemples de menus de repas et des bulletins d'information en alliant du texte à des dessins libres de droits, des tableaux et des photos. Créer, s'il y a lieu, des rapports plus longs ou des documents de recherche comportant des tables des matières, des notes de bas de page et des bibliographies. (3)
  • Utiliser un logiciel de création graphique. Utiliser, par exemple, PowerPoint pour créer des présentations en diapositives pour des séminaires et des séances de formation. Intégrer des tableaux, des graphiques, des vidéoclips et des diagrammes à la présentation afin de créer des présentations plus efficaces. (3)
  • Utiliser des tableurs. Saisir, par exemple, des données dans des modèles de tableurs existants pour créer des sommaires d'activités mensuelles. (3)
Renseignements supplémentairesAutres compétences essentielles :

Travail d'équipe

Les diététistes et les nutritionnistes travaillent dans différents milieux et dans une grande variété de rôles professionnels. Selon leur milieu de travail, ils peuvent pratiquer comme praticiens indépendants ou comme membres d¿équipes de soins de santé multidisciplinaires qui pourraient comprendre des infirmiers, des médecins, des physiothérapeutes, des orthophonistes, des ergothérapeutes, des infirmiers spécialisés dans les soins palliatifs et des pharmaciens. En tant qu¿administrateurs de services ou de programmes de nutrition et de préparation des aliments, ils rencontrent des superviseurs afin de planifier et d¿organiser des stratégies et des procédures financières et de ressources humaines et d¿établir des stratégies et des procédures opérationnelles. Lorsqu¿ils supervisent les activités de préparation des aliments, ils planifient et supervisent le travail du personnel de cuisine et des techniciens en diététique. (3)

Formation continue

Les diététistes et les nutritionnistes ont à coeur la formation continue et participent à un certain nombre d'activités pour accroître leurs connaissances. Ils échangent de l'information avec des collègues de travail et des pairs, lisent des livres, des revues spécialisées et des magazines sur la nutrition, et assistent à des conférences professionnelles. Dans de nombreuses provinces, les diététistes et les nutritionnistes doivent démontrer qu'ils poursuivent leur formation et leur perfectionnement professionnel en présentant des portefeuilles ou en remplissant des autoévaluations et en rendant compte de réalisations sur le plan de l'enseignement et du perfectionnement professionnel. (3)

Sondage à propos de l’information sur le marché du travail
Date de modification :