Perspectives d’emploi Ouvrier agricole polyvalent/ouvrière agricole polyvalente au Québec

Mise à jour de la Classification nationale des professions

Nous avons mis à jour cette page pour refléter le passage à la version de 2021 de la Classification nationale des professions (CNP). Pour cette raison, la profession « ouvrier agricole polyvalent/ouvrière agricole polyvalente » a été déplacée du groupe Ouvriers/ouvrières agricoles (NOC 8431) au groupe Manoeuvres aux soins du bétail (NOC 85100).

Explorez les perspectives d’emploi actuelles et futures des personnes qui travaillent comme d’ouvrier agricole polyvalent/ouvrière agricole polyvalente au Québec ou Canada.

Débouchés au Québec

Veuillez noter que ces perspectives d’emploi ont été produites en fonction de la version 2016 de la CNP. En savoir plus à propos de notre méthodologie.

ouvrier agricole polyvalent/ouvrière agricole polyvalente
Perspectives au cours des 3 prochaines années
Limitées

Les perspectives d'emploi seront limitées pour les ouvriers/ouvrières agricoles (CNP 8431) au Québec pour la période 2022 à 2024.

Les facteurs suivants ont contribué à cette conclusion :

  • la croissance d'emploi prévue devrait entraîner la création d'un certain nombre de postes
  • quelques postes deviendront disponibles en raison de départs à la retraite
  • plusieurs travailleurs expérimentés sont à la recherche d'un emploi dans cette profession
  • Au cours de la dernière décennie, la taille des fermes a augmenté et la concentration de l'activité se poursuit au sein de grandes exploitations agricoles. Ainsi, les gains de productivité provenant des investissements en équipement et de l'utilisation accrue de machinerie agricole ont réduit les besoins en main-d'œuvre dans ces entreprises.
  • Malgré tout, la majorité des tâches demeurent difficiles à automatiser et l'industrie doit compter sur ces travailleurs pour effectuer des travaux sur les fermes de culture et d'élevage. Le recrutement est ardu et l'industrie doit recourir à des travailleurs étrangers temporaires pour occuper les emplois disponibles.
  • L'intérêt croissant de la population pour une saine alimentation, l'achat local et la commercialisation en circuit court favorise l'établissement de petites exploitations de proximité de production maraîchère ou d'élevage. Ces nouvelles tendances créent des possibilités d'emploi supplémentaires pour cette profession, même si ces créneaux ne représentent qu'une faible proportion de l'agriculture.

Voici quelques faits saillants au sujet des ouvriers/ouvrières agricoles au Québec :

  • environ 19 150 personnes occupent un poste dans cette profession
  • les ouvriers/ouvrières agricoles travaillent principalement dans les industries suivantes :
    • agriculture (SCIAN 111, 112, 1151, 1152) : 84 %
  • leur répartition entre le travail à temps plein et à temps partiel est :
    • travail à temps plein : 75 % par rapport à 80 % dans toutes les professions
    • travail à temps partiel : 25 % par rapport à 20 % dans toutes les professions
  • 52 % des ouvriers/ouvrières agricoles travaillent toute l'année tandis que 48 % travaillent seulement une partie de l'année, par rapport à 57 % et 42 % respectivement dans toutes les professions. Ceux qui travaillent seulement une partie de l'année le font en moyenne pendant 26 semaines par rapport à 33 semaines dans toutes les professions
  • 17 % des ouvriers/ouvrières agricoles sont des travailleurs autonomes, par rapport à 12 % dans toutes les professions
  • leur répartition selon le sexe est :
    • hommes : 73 % par rapport à 52 % dans toutes les professions
    • femmes : 27 % par rapport à 48 % dans toutes les professions
  • le niveau d'éducation atteint par les travailleurs de cette profession est :
    • pas de diplôme d'études secondaires : 36 % par rapport à 12 % dans toutes les professions
    • diplôme d'études secondaires ou l'équivalent : 25 % par rapport à 20 % dans toutes les professions
    • certificat ou diplôme d'apprenti ou d'école de métier : 21 % par rapport à 19 % dans toutes les professions
    • attestation ou diplôme d'études collégiales ou certificat universitaire de premier cycle : 15 % par rapport à 24 % dans toutes les professions
    • baccalauréat : moins de 5 % par rapport à 16 % dans toutes les professions
    • certificat ou diplôme universitaire supérieur au baccalauréat : moins de 5 % par rapport à 9 % dans toutes les professions

Ventilation par région

Explorez les perspectives d’emploi au Québec par région économique.

Légende

0 sur 5 étoiles
Indéterminées
1 sur 5 étoiles
Très limitées
2 sur 5 étoiles
Limitées
3 sur 5 étoiles
Modérées
4 sur 5 étoiles
Bonnes
5 sur 5 étoiles
Très bonnes

Source Information sur le marché du travail | Méthodologie des perspectives d’emploi

Sondage à propos de l’information sur le marché du travail
Date de modification :