Perspectives d’emploi Cuisinier/cuisinière en Nouvelle-Écosse

Mise à jour de la Classification nationale des professions

Nous avons mis à jour cette page pour refléter le passage à la version de 2021 de la Classification nationale des professions (CNP). Pour cette raison, la profession « cuisinier/cuisinière » a été déplacée du groupe Cuisiniers/cuisinières (NOC 6322) au groupe Cuisiniers/cuisinières (NOC 63200).

Explorez les perspectives d’emploi actuelles et futures des personnes qui travaillent comme de cuisinier/cuisinière en Nouvelle-Écosse ou Canada.

Débouchés en Nouvelle-Écosse

Veuillez noter que ces perspectives d’emploi ont été produites en fonction de la version 2016 de la CNP. En savoir plus à propos de notre méthodologie.

cuisinier/cuisinière
Perspectives au cours des 3 prochaines années
Très bonnes

Les perspectives d'emploi seront très bonnes pour les cuisiniers/cuisinières (CNP 6322) en Nouvelle-Écosse pour la période 2022 à 2024.

Les facteurs suivants ont contribué à cette conclusion :

  • la croissance d'emploi prévue devrait entraîner la création de plusieurs postes
  • un certain nombre de postes deviendront disponibles en raison de départs à la retraite
  • le roulement élevé de personnel dans cette profession pourrait entraîner des possibilités d'emploi supplémentaires
  • en raison du caractère saisonnier de cette profession, les perspectives d'emploi ont tendance à être plus favorables au cours de la période estivale

La relance de l’industrie de la restauration par suite des mesures de limitation de la COVID-19 a engendré une grande demande de cuisiniers, et a aggravé bon nombre de défis de dotation de longue date. Certains anciens travailleurs de cette profession ont changé de carrière, ce qui a rendu plus ardus le recrutement et le maintien en poste alors même que les restaurants ouvrent de nouveau leurs portes ou prolongent leurs heures d’ouverture.

Bien que l’expérience constitue un atout, l’offre limitée de cuisiniers a entraîné les employeurs à accepter des demandeurs qui possèdent peu ou pas d’expérience dans le domaine. Les chercheurs d’emploi peuvent également constater une grande variété de salaires offerts pour les postes de cuisiniers, puisque certains employeurs se font concurrence pour un nombre limité de candidats. Une partie du recrutement dans cette profession se produit au moyen de réseaux personnels; les chercheurs d’emplois peuvent donc bénéficier, dans certains cas, de s’enquérir directement auprès des employeurs au sujet des possibilités.

Voici quelques faits saillants au sujet des cuisiniers/cuisinières en Nouvelle-Écosse :

  • environ 6 350 personnes occupent un poste dans cette profession
  • les cuisiniers/cuisinières travaillent principalement dans les industries suivantes :
    • services de restauration et débits de boissons (SCIAN 722) : 75 %
    • établissements de soins infirmiers et de soins pour bénéficiaires internes (SCIAN 623) : 5 %
  • leur répartition entre le travail à temps plein et à temps partiel est :
    • travail à temps plein : 71 % par rapport à 80 % dans toutes les professions
    • travail à temps partiel : 28 % par rapport à 20 % dans toutes les professions
  • 50 % des cuisiniers/cuisinières travaillent toute l'année tandis que 50 % travaillent seulement une partie de l'année, par rapport à 62 % et 38 % respectivement dans toutes les professions. Ceux qui travaillent seulement une partie de l'année le font en moyenne pendant 30 semaines par rapport à 30 semaines dans toutes les professions
  • moins de 5 % des cuisiniers/cuisinières sont des travailleurs autonomes, par rapport à 9 % dans toutes les professions
  • leur répartition selon le sexe est :
    • hommes : 52 % par rapport à 51 % dans toutes les professions
    • femmes : 48 % par rapport à 49 % dans toutes les professions
  • le niveau d'éducation atteint par les travailleurs de cette profession est :
    • pas de diplôme d'études secondaires : 25 % par rapport à 12 % dans toutes les professions
    • diplôme d'études secondaires ou l'équivalent : 40 % par rapport à 26 % dans toutes les professions
    • certificat ou diplôme d'apprenti ou d'école de métier : 10 % par rapport à 10 % dans toutes les professions
    • attestation ou diplôme d'études collégiales ou certificat universitaire de premier cycle : 20 % par rapport à 27 % dans toutes les professions
    • baccalauréat : moins de 5 % par rapport à 17 % dans toutes les professions
    • certificat ou diplôme universitaire supérieur au baccalauréat : moins de 5 % par rapport à 8 % dans toutes les professions

Ventilation par région

Explorez les perspectives d’emploi en Nouvelle-Écosse par région économique.

Légende

0 sur 5 étoiles
Indéterminées
1 sur 5 étoiles
Très limitées
2 sur 5 étoiles
Limitées
3 sur 5 étoiles
Modérées
4 sur 5 étoiles
Bonnes
5 sur 5 étoiles
Très bonnes
Région Perspectives d’emploi
Région d'Annapolis Valley Très bonnes
Région du Cape Breton Très bonnes
Region de Côte-Nord Très bonnes
Région de Halifax Très bonnes
Région du Sud Très bonnes

Source Information sur le marché du travail | Méthodologie des perspectives d’emploi

Sondage à propos de l’information sur le marché du travail
Date de modification :