Perspectives d’emploi Aide-éducateur/aide-éducatrice de la petite enfance à l’Île-du-Prince-Édouard

Mise à jour de la Classification nationale des professions

Nous avons mis à jour cette page pour refléter le passage à la version de 2021 de la Classification nationale des professions (CNP). Pour cette raison, la profession « aide-éducateur/aide-éducatrice de la petite enfance » a été déplacée du groupe Éducateurs/éducatrices et aides-éducateurs/aides-éducatrices de la petite enfance (NOC 4214) au groupe Éducateurs/éducatrices et aides-éducateurs/aides-éducatrices de la petite enfance (NOC 42202).

Explorez les perspectives d’emploi actuelles et futures des personnes qui travaillent comme d’aide-éducateur/aide-éducatrice de la petite enfance à l’Île-du-Prince-Édouard ou Canada.

Débouchés à l’Île-du-Prince-Édouard

Veuillez noter que ces perspectives d’emploi ont été produites en fonction de la version 2016 de la CNP. En savoir plus à propos de notre méthodologie.

aide-éducateur/aide-éducatrice de la petite enfance
Perspectives au cours des 3 prochaines années
Très bonnes

Les perspectives d'emploi seront très bonnes pour les éducateurs/éducatrices et aides-éducateurs/aides-éducatrices de la petite enfance (CNP 4214) à l'Île-du-Prince-Édouard pour la période 2022 à 2024.

Les facteurs suivants ont contribué à cette conclusion :

  • la croissance d'emploi prévue devrait entraîner la création de plusieurs postes
  • un certain nombre de postes deviendront disponibles en raison de départs à la retraite
  • un certain nombre de travailleurs expérimentés sont à la recherche d'un emploi dans cette profession
  • le roulement élevé de personnel dans cette profession pourrait entraîner des possibilités d'emploi supplémentaires

L’accord fédéral-provincial sur l’apprentissage et la garde de jeunes enfants sera mise en œuvre au cours de la période de prévision, entraînant ainsi la création de nouvelles places en garderie et de postes d’éducateur de la petite enfance dans la province. Les perspectives d’emploi dans cette profession sont très bonnes et les nouveaux diplômés devraient rencontrer peu de difficulté à trouver un poste dans la plupart des régions de la province. 

À l’Île-du-Prince-Édouard, il y a une demande accrue, au sein de l’industrie visée, pour des travailleurs qualifiés qui possèdent un diplôme en éducation de la petite enfance. Certains employeurs, tout particulièrement dans les régions rurales, ont du mal à trouver des employés accrédités dans le domaine de la garde de jeunes enfants. Les candidats qui ont suivi une formation postsecondaire ou qui possèdent des compétences marquées, comme une langue seconde ou de l’expérience auprès des enfants ayant des besoins spéciaux, auront de meilleures perspectives d’emploi.

Voici quelques faits saillants au sujet des éducateurs/éducatrices et aides-éducateurs/aides-éducatrices de la petite enfance à l'Île-du-Prince-Édouard :

  • environ 950 personnes occupent un poste dans cette profession
  • les éducateurs/éducatrices et aides-éducateurs/aides-éducatrices de la petite enfance travaillent principalement dans les industries suivantes :
    • assistance sociale (SCIAN 624) : plus de 95 %
  • leur répartition entre le travail à temps plein et à temps partiel est :
    • travail à temps plein : 85 % par rapport à 83 % dans toutes les professions
    • travail à temps partiel : 15 % par rapport à 17 % dans toutes les professions
  • 54 % des éducateurs/éducatrices et aides-éducateurs/aides-éducatrices de la petite enfance travaillent toute l'année tandis que 46 % travaillent seulement une partie de l'année, par rapport à 57 % et 42 % respectivement dans toutes les professions. Ceux qui travaillent seulement une partie de l'année le font en moyenne pendant 34 semaines par rapport à 27 semaines dans toutes les professions
  • 7 % des éducateurs/éducatrices et aides-éducateurs/aides-éducatrices de la petite enfance sont des travailleurs autonomes, par rapport à 11 % dans toutes les professions
  • leur répartition selon le sexe est :
    • hommes : moins de 5 % par rapport à 51 % dans toutes les professions
    • femmes : plus de 95 % par rapport à 49 % dans toutes les professions
  • le niveau d'éducation atteint par les travailleurs de cette profession est :
    • pas de diplôme d'études secondaires : moins de 5 % par rapport à 14 % dans toutes les professions
    • diplôme d'études secondaires ou l'équivalent : 19 % par rapport à 28 % dans toutes les professions
    • certificat ou diplôme d'apprenti ou d'école de métier : moins de 5 % par rapport à 8 % dans toutes les professions
    • attestation ou diplôme d'études collégiales ou certificat universitaire de premier cycle : 56 % par rapport à 28 % dans toutes les professions
    • baccalauréat : 18 % par rapport à 15 % dans toutes les professions
    • certificat ou diplôme universitaire supérieur au baccalauréat : moins de 5 % par rapport à 7 % dans toutes les professions

Sondage à propos de l’information sur le marché du travail
Date de modification :