Perspectives d’emploi Infirmier auxiliaire autorisé/infirmière auxiliaire autorisée au Canada

Les perspectives d’emploi des personnes qui travaillent comme d’ infirmier auxiliaire autorisé/infirmière auxiliaire autorisée diffèrent selon leur lieu de travail au Canada. Découvrez ce que l’avenir leur réserve dans votre province ou territoire. Ces perspectives concernent l’ensemble des Infirmiers auxiliaires/infirmières auxiliaires (CNP 3233).

Avis : Ces perspectives d’emploi ont été publiées en décembre 2021 en fonction des données disponibles au moment de l’analyse. La prochaine mise à jour aura lieu en décembre 2022. Pour en savoir plus, consultez notre FAQ. Vous pouvez aussi trouver des renseignements supplémentaires sur le tableau de bord des offres d’emploi en ligne au Canada.

Débouchés au cours des 3 prochaines années

Explorez les perspectives d’emploi futures par province et territoire.

Région Perspectives d’emploi
Terre-Neuve-et-Labrador Acceptables Acceptables
Île-du-Prince-Édouard Bonnes Bonnes
Nouvelle-Écosse Bonnes Bonnes
Nouveau-Brunswick Bonnes Bonnes
Province du Québec Bonnes Bonnes
Ontario Bonnes Bonnes
Manitoba Bonnes Bonnes
Saskatchewan Bonnes Bonnes
Alberta Bonnes Bonnes
Colombie-Britannique Bonnes Bonnes
Territoire du Yukon Indéterminées Indéterminées
Territoires du Nord-Ouest Indéterminées Indéterminées
Nunavut Indéterminées Indéterminées
Légende : Les perspectives d’emploi peuvent être : Indéterminées Limitées Acceptables Bonnes

Vous pouvez aussi consulter ces données sur une carte. Allez à Explore IMT

Conditions du marché du travail au cours des 10 prochaines années

Regardez plus en détail l’évolution prévue de l’offre et de la demande de travailleurs appelés à exercer cette profession au cours de la période 2019-2028. Pour plus d’informations sur les tendances futures en emploi, référez-vous au Système de projection des professions au Canada.

Sommaire

PÉNURIE : Ce groupe professionnel devrait être confronté à une situation de pénurie de main-d'œuvre au cours de la période 2019-2028 au niveau national. La section ci-dessous contient de l'information plus détaillée concernant les perspectives de ce groupe professionnel.

Emploi en 2018

79 300

Âge médian des travailleurs en 2018

41

Âge moyen de la retraite en 2018

62.0

Analyse détaillée

Afin de déterminer les perspectives d'une profession, l'importance de l'écart entre les projections du nombre total de chercheurs d'emploi et celui d'ouvertures d'emploi au cours de la période de projection (2019-2028) est analysée conjointement avec l'évaluation des conditions récentes sur le marché du travail. L'objectif est de déterminer si les conditions récentes sur le marché du travail (pénurie, équilibre ou surplus) observées dans une profession au cours des dernières années persisteront ou changeront au cours de la période de projection. Par exemple, si l'analyse des principaux indicateurs du marché du travail suggère que le nombre de chercheurs d'emploi était insuffisant afin de doter l'ensemble des ouvertures d'emploi (une pénurie de main-d'œuvre) dans une profession au cours des dernières années, les projections sont alors utilisées afin de déterminer si cette situation se poursuivra au cours de la période de projection ou si cette profession retournera à une situation d'équilibre.

Au cours de la période 2016-2018, l'emploi dans ce groupe professionnel a crû à un rythme similaire à celui de l'ensemble des professions. Le taux de chômage a diminué de manière significative pour atteindre un nouveau creux historique de 1,5 % en 2018, bien au-dessous de la moyenne nationale de 5,8 %. Avec la baisse du taux de chômage, le nombre de postes vacants a augmenté de façon constante, et par conséquent le nombre de chômeurs par poste vacant a diminué à un travailleur pour deux postes vacants en 2018. Cela a montré que la croissance de l'emploi était limitée par le manque de travailleurs disponibles. Ainsi, l'analyse des principaux indicateurs du marché du travail suggère que les chercheurs d'emploi étaient insuffisamment nombreux pour combler les postes disponibles dans ce groupe professionnel.

Pour les Infirmiers auxiliaires/infirmières auxiliaires., au cours de la période 2019-2028, les projections montrent un total de 33 500 nouvelles possibilités d'emploi (provenant de la demande d'expansion et de remplacement) et de 28 000 chercheurs d'emploi (provenant des sortants scolaires, de l'immigration et de la mobilité).

Les conditions de pénurie de main-d'œuvre observées au cours des dernières années se maintiendront au cours de la période 2019-2028 et pourraient même s'aggraver puisque le nombre d'ouvertures d'emploi devrait être substantiellement plus grand que le nombre de chercheurs d'emploi au cours de la période de projection. Les ouvertures d'emploi découleront à la fois de la croissance de l'emploi et de la demande de remplacement. Comme pour la plupart des groupes professionnels dans le secteur de la santé, le vieillissement de la population accroîtra les pressions sur la demande de travailleurs en soins de santé, notamment des infirmiers/infirmières auxiliaires. En effet, le plus grand nombre de personnes âgées, combiné à une espérance de vie de plus en plus longue, conduira à une hausse de la demande de services des centres d'hébergement offrant des soins de santé de longue durée. Le rôle des infirmières auxiliaires dans la prestation des soins à domicile devrait également augmenter au cours de la prochaine décennie. Ainsi, la création de nouveaux emplois sera plus forte que la moyenne pour le reste de l'économie. Les départs à la retraite représenteront plus de 45 % des ouvertures d'emploi. Les pressions résultant de ces départs à la retraite devraient être semblables à la moyenne nationale. En effet, les travailleurs de ce groupe professionnel sont généralement plus jeunes que dans les autres professions, mais prennent habituellement leur retraire plus tôt dans leur carrière. Du côté de l'offre, les chercheurs d'emploi proviendront majoritairement du système scolaire. De plus, afin d'avoir l'autorisation de travailler dans ce groupe professionnel, ces travailleurs doivent adhérer à un organisme de réglementation provincial ou territorial et réussir l'examen national, ce qui devrait restreindre l'offre de travail. Malgré les obstacles à l'entrée, plus de 20 % des chercheurs d'emploi dans cette profession devraient être de nouveaux immigrants. Cependant, un nombre significatif de travailleurs quitteront en raison des conditions de travail difficiles (quart de travail de nuit ou durant les fins de semaine) décourageant plusieurs travailleurs. Compte tenu de ces départs, on s'attend que ce groupe professionnel se retrouve en situation de pénurie au cours de la période de projection.

Source Système de projection des professions au Canada - EDSC

Sondage à propos de l’information sur le marché du travail
Date de modification :