Analyse de l'environnement - Alberta : Printemps 2018

Une fois par année, Service Canada prépare une analyse économique et environnementale donnant une vue d'ensemble des conditions et des tendances du marché du travail ainsi que des conditions et des tendances démographiques et économiques. Ces analyses pourraient aussi intéresser ceux qui souhaitent en apprendre davantage sur la condition de l'économie ou du marché du travail d'une province ou d'une région donnée. Les faits et statistiques présentés dans ce document reflètent l'information qui était accessible en date d'avril 2019.

Table des matières

Points saillants

La table de données pour cette image se trouve ci-dessous
Afficher le graphique en texte clair
  • Ralentissement de la croissance économique de 2018 à 2020
  • L'industrie pétrochimique devrait s'agrandir à long terme
  • La capacité de production de pétrole a atteint un niveau record
  • Les problèmes de pipeline pèsent lourdement sur le pétrole et le gaz
  • L'année 2018 avait bien commencé puisque la reprise de l'Alberta relativement à la récession de 2015-2016 causée par la baisse des prix du pétrole semblait se poursuivre. Toutefois, au fil des mois, la confiance des entreprises s'est affaissée. Une série de contraintes relatives aux pipelines, de fermetures de raffineries et de baisses des prix internationaux du pétrole a fait en sorte que le quatrième trimestre de 2018 était catastrophique pour le secteur énergétique de la province.
  • La production de pétrole, qui a fortement augmenté en 2017, a bondi de nouveau en 2018 puisque l'immense nouveau site d'exploitation des sables bitumineux Fort Hill de Suncor a atteint sa capacité maximale des mois plus tôt que prévu. Par conséquent, 2018 était officiellement l'année durant laquelle la production de pétrole en Alberta a surpassé la capacité de transport par pipeline.
  • Les agriculteurs ont connu une année difficile en 2018, l'emploi chutant de 4,5 %. Bien que les pertes d'emplois aient été principalement enregistrées dans l'élevage d'animaux, la production agricole a également souffert au cours de l'année. Le revenu agricole a diminué de 68 % en 2018, représentant un tiers des pertes totales à l'échelle du Canada.
  • La croissance économique a ralenti au cours de 2018, affichant toutefois une hausse de 2,3 % pour l'année. Bien qu'elle ait pris de l'expansion pendant deux ans, l'économie de l'Alberta demeure plus faible qu'elle l'était en 2014. La croissance du PIB réel devrait généralement se situer autour de 1,0 % en 2019.

Contexte économique

Perspectives mondiales : l'incertitude entraîne un ralentissement

Après une reprise cyclique d'envergure qui a duré presque deux ans, l'expansion économique mondiale a ralenti à la deuxième moitié de 2018. L'escalade des tensions commerciales a fait baisser la confiance des entreprises, le dynamisme économique de la zone euro a été moins important que prévu, les politiques de crédit chinoises se sont resserrées et des politiques monétaires au sein de grandes économies avancées ont été normalisées. Ces facteurs ont contribué au ralentissement de la croissance mondiale qui devrait continuer en 2019. À court terme, l'incertitude domine.

Le Fonds monétaire international estime qu'environ les deux tiers de l'affaiblissement de la croissance mondiale prévu cette année sera attribuable au ralentissement des économies avancées[1]. Bien que l'économie des États-Unis soit restée robuste l'an dernier, jouissant d'un marché du travail serré et d'une forte croissance de la consommation, les investissements commerciaux ont diminué. L'essor économique temporaire provenant des mesures d'incitations financières américaines à l'échelle locale et sur ses partenaires commerciaux devrait reculer. Dans la zone euro, les préoccupations grandissantes au sujet d'un Brexit sans accord modèrent les dépenses d'investissement. Néanmoins, la croissance mondiale devrait s'améliorer vers la fin de 2019 et au début de 2020[2]. Plusieurs des grandes banques centrales mondiales sont de plus en plus favorables à une détente monétaire et les conditions difficiles des économies émergentes se stabilisent progressivement. De plus, la Chine renforce ses mesures d'incitations financières et monétaires pour contrebalancer les répercussions négatives des tarifs douaniers.

Les questions controversées toujours sans réponse, comme le différend commercial entre les États-Unis et la Chine, mettent en péril la croissance prévue. D'autres enjeux incluent les négociations du Brexit, les différends au sein de l'Union européenne concernant le budget de l'Italie, ainsi que la nouvelle direction politique du Mexique depuis le changement de gouvernement. Du côté positif, une résolution des tensions commerciales pourrait faire remonter la confiance des entreprises et des investisseurs.

La table de données pour cette image se trouve ci-dessous

Source : Fonds monétaire international, Perspective de l'économie mondiale avril 2019

Afficher le graphique en texte clair
Prévisions économiques
2018 2019P 2020P
Monde 3,6 % 3,3 % 3,6 %
Économies
avancées

2,2 %

1,8 %

1,7 %
Marchés émergents
et économies en
développement


4,5 %


4,4 %


4,8 %


Croissance prévue du PIB réel
2018 2019P 2020P
Zone Euro 1,8 % 1,3 % 1,5 %
Royaume-Uni 1,4 % 1,2 % 1,4 %
Japon 0,8 % 1,0 % 0,5 %
Chine 6,6 % 6,3 % 6,1 %
Canada 1,8 % 1,5 % 1,9 %
États-Unis 2,9 % 2,3 % 1,9 %


Taux de chômage prévus en 2019
2019
Japon 2,4 %
Chine 3,8 %
États-Unis 3,8 %
Royaume-Uni 4,2 %
Canada 5,9 %
Zone Euro 8,0 %

Portrait national : de meilleurs lendemains

Comme la croissance mondiale, l'économie canadienne a progressé en 2017 et à la première moitié de 2018 avant de s'affaiblir durant la deuxième moitié de l'année. La montée du protectionnisme commercial des États-Unis, les défis liés au secteur du pétrole et la chute de la demande mondiale et domestique ont nui aux dépenses d'investissement. La consommation des particuliers a aussi baissé, puisque l'augmentation des dettes a continué de surpasser celle des revenus. Le PIB réel du Canada devrait ralentir à 1,4 % de croissance cette année, encore affaibli par certaines des difficultés économiques survenues à la fin de 2018, avant de rebondir au cours de l'année pour augmenter à 2,0 % en 2020[3].

Au premier trimestre de 2019, l'indice de la confiance des entreprises du Conference Board du Canada a atteint son point le plus bas en trois ans à 84,3[4]. Bien qu'un nouvel accord commercial avec les États-Unis et le Mexique ait été conclu l'an dernier, cet accord n'a pas encore été ratifié. Cependant, cela pourrait se faire plus facilement maintenant que les tarifs sur l'acier et l'aluminium ont été éliminés. Les droits américains sur le bois d'œuvre canadien, en plus de la chute du prix du bois d'œuvre et de la pénurie de bois, ont limité la production et ont mené à la fermeture de scieries. Le secteur de l'énergie continue d'être restreint par d'importantes contraintes liées au transport. Les coupes dans la production de pétrole de l'Alberta ont fait augmenter les prix du pétrole canadien, qui étaient à leur plus bas l'an dernier. Par contre, retarder d'un an le remplacement de la canalisation 3 d'Enbridge a créé une nouvelle vague d'incertitudes quant aux échéanciers des projets et aux décisions d'investissement. Toutefois, les dépenses d'investissement du secteur de l'énergie canadien devraient remonter en 2020 grâce au développement de projets d'envergure, comme celui de LNG Canada en Colombie-Britannique. Le nouveau gouvernement albertain prévoit également de réduire progressivement les impôts des entreprises, de 12 % à 8 % sur les quatre prochaines années, pour attirer de nouveaux investissements.

En dehors du secteur de l'énergie, les entreprises, particulièrement celles dans le secteur des services, ont revu leurs prévisions à la hausse et devraient augmenter leurs dépenses en capital et leurs nombres de travailleurs pour répondre à une demande soutenue[5]. Les mesures de dépréciation accélérée qui ont été instaurées lors de l'énoncé économique de l'automne 2018 par le gouvernement fédéral ont probablement contribué à la hausse des dépenses prévues. En parallèle, les investissements résidentiels devraient baisser alors que le marché immobilier ralentit encore en raison des mesures gouvernementales visant à affaiblir la demande ainsi que les cinq hausses des taux d'intérêt depuis la moitié de 2017 par la Banque du Canada.

Les ménages commencent à subir les effets des taux d'intérêt plus élevés, et la dette des ménages est maintenant à un record de 1,79 $ pour chaque dollar de revenu disponible[6]. Cependant, le bas taux de chômage canadien[7] et le taux élevé de postes vacants[8] montrent que les conditions serrées du marché du travail se poursuivent, ce qui encourage la hausse des salaires[9] et pourrait éventuellement alléger l'endettement des ménages. La progression des revenus personnels disponibles réels devrait surpasser celle de l'inflation à court terme et faire donc augmenter les revenus réels[10]. De plus, 222 000 emplois ont été créés au Canada entre janvier et avril de cette année, représentant la plus grande proportion d'emploi total pour cette période quadrimestrielle depuis 2002, et la majorité de ces emplois était à temps plein[11]. La solidité du marché du travail et l'augmentation des revenus devraient soutenir la consommation des particuliers pour les prochains mois.

Produit intérieur brut par province, 2018-2020
Taux de croissance annuel moyen de trois ans
La table de données pour cette image se trouve ci-dessous

Sources : Canada et territoires : Conference Board du Canada
Provinces : Moyenne des cinq grandes banques à charte

Afficher le graphique en texte clair
Colombie-Britannique 2,1 %
Alberta 1,8 %
Ontario 1,8 %
Québec 1,8 %
Canada 1,7 %
Manitoba 1,6 %
Île-du-Prince-Édouard 1,5 %
Saskatchewan 1,3 %
Nouvelle-Écosse 1,0 %
Nouveau-Brunswick 0,8 %
Terre-Neuve-et-Labrador 0,3 %
Nunavut* 8,9 %
Yukon* 5,0 %
Territoires du Nord-Ouest* 2,3 %

*Le PIB (Le produit intérieur brut) pour les territoires est lié spécifiquement aux projets de ressource



Résultats de l'Enquête sur la population active du Canada : 2018 par rapport à 2017
La table de données pour cette image se trouve ci-dessous

Source : Enquête sur la population active de Statistique Canada
Voir les Définitions pour l'activité, l'emploi et le chômage

Afficher le graphique en texte clair
  • Taux d'activité : 65,4 % ; -0,4 points de pourcentage
  • Taux d'emploi : 61,6 % ; +/-0,0 points de pourcentage
  • Taux de chômage : 5,8 % ; -0,5 points de pourcentage

Perspectives de l'Alberta

À certains égards, 2018 a été une bonne année pour l'économie de l'Alberta, le produit intérieur brut (PIB) réel augmentant de 2,3 %[12] . La production de pétrole s'est fortement accrue, affichant une hausse de près de 10 % sur l'année. Puisque les exportations de pétrole et de gaz représentaient plus de 60 % du total, la valeur globale des exportations internationales de l'Alberta est montée en flèche[13].

En ce qui a trait au marché du travail, l'emploi a augmenté de 1,9 % en 2018, soit près du double de la hausse enregistrée l'année dernière. (À l'échelle du Canada, l'emploi a augmenté de 1,3 % en 2018.) Toutefois, bien que 2018 ait bien commencé pour l'Alberta, la dynamique a commencé à changer à la mi‑année. Au cours du quatrième trimestre de 2018, l'emploi et la population active ont affiché un recul durant deux des trois mois, et l'économie est entrée en 2019 sous un nuage.

La principale raison de ce nuage est certainement l'absence d'une nouvelle capacité de transport par pipeline pour permettre d'exploiter davantage les sables bitumineux. Ce n'est pas faute d'avoir essayé. Les producteurs et le gouvernement comptaient sur le projet de remplacement de la canalisation 3 d'Enbridge qui devait permettre d'ajouter 400 000 barils de pétrole à la capacité d'exportation plus tard cette année. Présentement, ce projet est bloqué au Minnesota et devrait désormais être achevé dans la seconde moitié de 2020.

Les investissements dans les industries d'extraction de ressources de l'Alberta, qui totalisaient 61 milliards de dollars en 2014, ont été inférieurs à la moitié de ce montant au cours des trois dernières années. Les estimations pour 2019 (27 milliards de dollars) sont les plus basses depuis 2009[14]. Malgré la récession et ses conséquences, les années de croissance rapide avant le milieu de 2014 signifie que l'Alberta demeure une province riche. Par exemple, en dépit de la baisse marquée enregistrée au cours des récentes années, l'ensemble des dépenses d'immobilisation en Alberta se classait au deuxième rang parmi toutes les provinces en 2018 et se trouvait à la tête du pays par habitant[15].

Le ralentissement qui a eu lieu en 2018 pouvait aussi être perçu dans la faiblesse de la croissance de la population active, c'est-à-dire le nombre de personnes qui occupent un emploi ou qui cherchent un emploi. Se chiffrant à 0,5 %, ce taux se trouvait bien en dessous de la moyenne sur 10 ans de l'Alberta (+1,6 %) et le plus bas depuis 2010. Bien que la croissance de la population se soit accélérée en 2018, et pourrait continuer de surpasser la moyenne nationale en 2019, cette croissance n'a pas très bien commencé cette année : -0,3 % au cours du premier trimestre de 2019 par rapport au quatrième trimestre de 2018[16].

Le nombre de mises en chantier ne devrait pas augmenter en 2019. Bien que le prix des maisons et les ventes aient remarquablement bien tenu le coup tout au long de la récession, il y a des signes généralisés de construction excessive de résidences puisque les inventaires de nouveaux logements et de logements non vendus demeurent élevés[17] . De plus, la demande pour de nouvelles maisons est désormais ralentie par plusieurs facteurs, notamment le resserrement des règles hypothécaires, les taux d'intérêt plus élevés et la faible croissance du revenu d'emploi.

Les prévisions du PIB
La table de données pour cette image se trouve ci-dessous

Sources : 2015 2017, Statistique Canada, tableaux 36-10-0434-01, 36-10-0402-01; prévisions pour 2018-2020 : Canada: Conference Board du Canada; Provinces : Moyenne des cinq grandes banques à charte

Montrer le tableau de données
Taux de croissance du PIB
Année Canada Alberta
2015 0,8 % -3,5 %
2016 1,1 % -4,1 %
2017 3,2 % 4,6 %
2018p 1,8 % 2,0 %
2019p 1,4 % 1,0 %
2020p 2,0 % 2,3 %


Prix du pétrole brut West Texas Intermediate ($ US)
La table de données pour cette image se trouve ci-dessous

Source : US Energy Information Administration, West Texas Intermediate (WTI) Spot

Montrer le tableau de données
Prix du pétrole brut WTI ($ US)
2014 93,3 $
2015 48,7 $
2016 43,1 $
2017 50,9 $
2018 64,9 $

Commerce

En 2018, les exportations de l'Alberta ont fait le tour du monde. Néanmoins, près de 90 % des exportations provinciales étaient en route vers la même destination : les États-Unis. Les deuxième et troisième plus importants marchés d'exportation de l'Alberta (la Chine et le Japon) représentaient ensemble seulement 6 % du total. Comme point de référence, les envois vers les États-Unis représentaient 75 % des exportations canadiennes à l'échelle nationale l'an dernier[18].

Chose peu surprenante, le pétrole brut, le gaz naturel et les produits pétroliers représentaient les deux tiers de la valeur des exportations de l'Alberta. La destination de presque tous ces produits énergétiques, d'une valeur de plus de 82 millions de dollars en 2018, était les États-Unis. Ce manque de diversification du marché pour une gamme de produits aussi dominante est une préoccupation de longue date en Alberta, ce qui explique la pression continue pour un pipeline permettant un accès vers la côte ouest du Canada.

Au moment de la rédaction de cette analyse, le projet fédéral de prolongement du pipeline Trans Mountain demeure incertain. Néanmoins, il est presque certain que le prolongement du pipeline ira de l'avant éventuellement. Malgré tout, cela ne risque pas de changer radicalement le schéma d'exportation de brut de l'Alberta puisque le bitume dilué est envoyé vers la côte ouest des États-Unis par le terminal maritime Westridge de Burnaby depuis environ 30 ans.

Bien qu'une bonne partie de la hausse du volume de Trans Mountain, une fois en activité, pourrait continuer à être envoyée vers les États-Unis, la Chine a importé des produits bruts pour un montant record de 400 millions de dollars de l'Alberta en 2018, par l'entremise de plusieurs ports des États-Unis et de Burnaby. Toutefois, la plupart de ces envois ont eu lieu vers la fin de 2018 lorsque le prix des produits bruts de l'Alberta était extrêmement bas. Depuis la mise en place des politiques de compression en janvier, le prix des produits bruts de l'Alberta a plus que doublé et les exportations vers la Chine ont cessé entièrement[19].

Les produits agricoles et les aliments fabriqués représentent aussi des exportations majeures pour l'Alberta. Les envois internationaux de graines de canola et de blé, les cultures les plus importantes de la province, se chiffraient à 4,0 milliards de dollars en 2018, la Chine et le Japon étant les destinations de 40 % du total. Les exportations de viande étaient évaluées à 2,5 milliards de dollars sur l'année, 60 % de ces exportations étant destinées au sud vers les États-Unis.

Les tensions commerciales avec la Chine sont désormais au premier plan en 2019. La Chine a bloqué les envois de graines de canola du Canada jusqu'à maintenant cette année, invoquant des lacunes non déclarées par d'autres acheteurs. Les envois de soja, de pois et de porc semblent désormais faire face à des barrières commerciales non tarifaires semblables[20]. Ces événements ne sont pas de bon augure pour recettes d'exportation de l'Alberta cette année.

L'Alberta a exporté des biens d'une valeur de 117,1 G$ dans 199 pays en 2018. Les É.-U. demeurent son marché le plus important, suivi de loin par la Chine et le Japon.
La table de données pour cette image se trouve ci-dessous

Source : Industrie Canada, Données sur le commerce en direct à partir du 11 mars 2019

Voir le tableau des exportations
Exportations de l'Alberta en 2018
Valeur en milliers de dollars canadiens
% part
États-Unis 102 326 612 87,4 %
Chine 5 142 215 4,4 %
Japon 1 962 865 1,7 %
Mexique 1 232 050 1,1 %
Corée du Sud 554 588 0,5 %
Indonésie 307 987 0,3 %
Hong Kong 280 325 0,2 %
Australie 244 799 0,2 %
Royaume-Uni 243 492 0,2 %
Pays-Bas 237 447 0,2 %
Autres 4 566 739 3,9 %
Total (Tous les Pays) 117 099 119 100,0 %

Conditions du marché du travail

La table de données pour cette image se trouve ci-dessous

Source: Statistique Canada, Enquête sur la population active
Voir les définitions pour l'activité, l'emploi et le chômage

Afficher le graphique en texte clair
  • Le taux de chômage a diminué en 2018 pour s'établir à 6,6 %; -1,2 point de pourcentage par rapport à 2017
  • Le taux d'emploi a augmenté en 2018 pour atteindre 67,2 %; +0,5 point de pourcentage par rapport à 2017
  • Le taux de participation a diminué en 2018 pour s'établir à 71,9 %; -0,5 point de pourcentage par rapport à 2017

Le marché du travail de l'Alberta s'est amélioré de manière inégale en 2018, après une année relativement prometteuse en 2017. D'un côté, l'emploi a augmenté d'un bon 1,9 %. Au même moment, la population active, soit le nombre de personnes qui travaillent ou qui cherchent un emploi, n'avait presque pas augmenté. Se chiffrant à 0,5 %, la croissance de la population active était à son plus bas depuis 2010 et bien en dessous de la moyenne provinciale sur 10 ans (+1,6 %). Depuis le début de l'exercice, la tendance se poursuit : au cours du premier trimestre de 2019, la population active de l'Alberta a diminué de 0,3 % par rapport au quatrième trimestre de l'année dernière[21].

En ce qui a trait au revenu personnel, la rémunération hebdomadaire moyenne a augmenté de 1,7 % en 2018, ce qui représente une nette amélioration après avoir affiché une hausse de seulement 1,0 % au cours de l'année dernière. Cependant, l'augmentation enregistrée en 2018 affichait un retard par rapport à la hausse observée à l'échelle du Canada (+2,6 %) et au taux d'inflation provincial (+3,3 points de pourcentage)[22]. Néanmoins, se chiffrant à 1 148 $ par semaine, la rémunération moyenne en Alberta demeurait la plus élevée parmi les provinces[23].

L'emploi à temps plein a augmenté de 50 800, représentant tous les gains d'emploi enregistrés au cours de l'année. Par conséquent, le nombre de personnes qui occupaient un emploi à temps partiel a diminué (-1,7 %). Pour ce qui est de la catégorie de travailleurs, l'emploi a augmenté dans toutes les catégories : emploi dans le secteur privé (+1,3 %); emploi dans le secteur public (+1,2 %); et emploi parmi les travailleurs indépendants (+5,0 %)[24].

En Alberta, le chômage a baissé pour une deuxième année consécutive en 2018, diminuant d'environ 30 000. Le taux de chômage de la province a suivi la même tendance, mais avec un taux de 6,6 %, il est demeuré le plus élevé des provinces de l'ouest et bien au-dessus de la moyenne nationale (5,8 %). La période de temps pendant laquelle les Albertains sont au chômage entre deux emplois est particulièrement troublante. En 2018, la durée moyenne du chômage en Alberta était de 21,6 semaines, soit le délai le plus long parmi les provinces[25]. Selon des prévisions récentes, ATB Financial a évalué que le taux de chômage de l'Alberta demeurera inchangé en 2019 avec 6,6 %, surpassant la moyenne nationale pour une quatrième année consécutive[26].

Tendances de l'industrie

Le secteur de la production des biens de l'Alberta représente une part beaucoup plus importante de l'économie que dans les autres provinces. À l'échelle nationale, le secteur de la production des biens représente environ 21 % de l'emploi total. En 2018, le secteur représentait 26 % de l'emploi total en Alberta, ce qui représente une baisse par rapport à 29 % en 2014.

Pétrole et gaz : Les entreprises pétrolières et gazières de l'Alberta ont de plus en plus de difficultés à demeurer concurrentielles fa ce à leurs homologues des États-Unis, en particulier en ce qui a trait à la mobilisation de capitaux d'investissement[27]. La tendance était très apparente durant la deuxième moitié de 2018 et risque de se poursuivre cette année et l'année prochaine.

La production de pétrole a augmenté considérablement au cours de l'année dernière, principalement en raison de l'achèvement de l'immense nouveau site d'exploitation des sables bitumineux Fort Hill de Suncor Energy. Par conséquent, 2018 était officiellement l'année durant laquelle la production de pétrole en Alberta a surpassé la capacité de transport par pipeline.

À la fin de 2018, une série de contraintes relatives aux pipelines, de fermetures de raffineries et de baisses des prix internationaux du pétrole a fait en sorte que le quatrième trimestre de 2018 était catastrophique pour le secteur énergétique de la province. En novembre, le prix de Western Canada Select (WCS), la référence de l'Alberta en matière de bitume brut, s'élevait en moyenne à seulement 18 $ US par baril au cours du mois.

Coincé entre l'arbre et l'écorce, le gouvernement de l'Alberta a placé un plafond global (compression) sur la production de pétrole, qui est entré en vigueur en janvier 2019. La compression a été un franc succès pour faire monter le prix de WCS, qui s'élevait en moyenne à 47 $ US par baril tout au long des quatre premiers mois de l'année[28] .

Malgré la hausse du prix, la politique de compression n'est pas très populaire auprès de certains des plus importants producteurs de pétrole, notamment Imperial Oil, Husky Energy et Suncor. Puisque les entreprises intégrées qui possèdent leur propre raffinerie peuvent gagner de l'argent même si les prix du pétrole brut sont faibles, elles encouragent le nouveau gouvernement provincial de l'Alberta à mettre fin aux compressions dès que possible[29].

Fabrication : Le secteur de la fabrication de l'Alberta a connu des gains d'emplois plus élevés que dans toute autre industrie de la province en 2018 (+10 600). La croissance de l'emploi était concentrée parmi les entreprises qui fabriquent des biens durables, comme des machines et des produits en caoutchouc et en plastique. Certains fabricants de produits non durables, notamment les fabricants d'aliments et de boissons, ont aussi enregistré des gains sur l'année. Lorsque mesurée selon le nombre d'employés, la fabrication de produits alimentaires est la plus importante sous-industrie de l'Alberta. Bien que les faibles prix de l'énergie soient très néfastes pour l'ensemble du secteur pétrolier et gazier, ils représentent un net avantage pour l'industrie pétrochimique en pleine croissance de l'Alberta. Aidée par les mesures incitatives du gouvernement et par la disponibilité abondante du gaz naturel, la fabrication de produits chimiques fait l'objet d'une frénésie d'investissements. Inter Pipeline de Calgary construit un complexe pétrochimique de 3,5 milliards de dollars dans le centre industriel de l'Alberta, juste à l'extérieur des limites de la ville d'Edmonton. La coentreprise de 4,5 milliards de dollars de Pembina Pipeline Corporation avec la société pétrochimique nationale du Koweït sera située tout près. Entre-temps, l'entreprise Nauticol de Calgary prévoit la construction d'une usine de méthanol (alcool de bois) de 2 milliards d'une valeur de 2 milliards de dollars à l'extérieur de Grande Prairie, les premiers travaux de construction devant commencer en 2022[30].

Agriculture : L'emploi dans l'agriculture a chuté de 4,5 % en 2018, la plupart des pertes d'emplois ayant été enregistrées dans l'élevage d'animaux. Les producteurs bovins de la province ont connu une autre mauvaise année, touchés par des coûts élevés et une croissance modeste au sein des marchés nationaux. Les cultivateurs ne s'en sont pas mieux tirés, faisant face à des périodes alternantes de sécheresse et d'inondation. Le transport des récoltes par train a encore une fois été difficile en 2018 puisque les agriculteurs rivalisaient avec l'industrie pétrolière en ce qui a trait aux équipes et aux locomotives disponibles. En effet, les revenus agricoles avaient diminué de 68 % en 2018, d'une année à l'autre[31].

Pour ce qui est de l'avenir, l'industrie agricole de l'Alberta a déjà reçu deux chocs en 2019. En janvier, le tout premier cas de virus de la diarrhée épidémique porcine (VDEP) a été confirmé dans la province. Bien qu'il ne soit pas transmissible aux humains, le VDEP est généralement mortel pour les porcelets et risque d'avoir des effets dévastateurs sur les producteurs touchés[32]. Puis, en mars, la Chine a révoqué le permis d'exportation de canola canadien vers la Chine de Richardson International, situé à Winnipeg. Richardson est le plus grand exportateur des précieuses récoltes canadiennes. Selon un rapport de 2016 parrainé par l'industrie, les fermes de canola emploient directement 18 000 Albertains (cela exclue les membres de la famille qui possède la ferme)[33].

Voir le tableau détaillé de l'industrie.

La table de données pour cette image se trouve ci-dessous
Afficher le graphique en texte clair
Plus grands
gains
d'emplois
en 2018
1 Fabrication 10 600
2 Foresterie, pêche, mines,
exploitation en carrière,
et extraction de pétrole
et de gaz
8 400
3 Administrations publiques 7 200
Plus grande
des pertes
d'emplois
en 2018
1 Agriculture -2 800
2 Finance, assurances,
immobilier et location
-1 900
3 Commerce -1 600
La table de données pour cette image se trouve ci-dessous
Afficher le graphique en texte clair
Six industries constituent 58 % de l'emploi en Alberta (millier)
Commerce 333,4
Soins de santé et assistance sociale 278,6
Construction 245.4
Services professionnels, scientifiques et techniques 180,8
Services d'enseignement 157,3
Foresterie, pêche, mines, exploitation en carrière, et extraction de pétrole et de gaz 153,2

Source : Statistique Canada. Tableau : 14-10-0018-01 (anciennement CANSIM 282-0008)
Caractéristiques de la population active selon l'industrie, données annuelles

Conditions du marché du travail local

En Alberta, l'emploi a augmenté dans cinq des sept régions économiques en 2018, Lethbridge-Medicine Hat et Wood Buffalo-Cold Lake étant les seules régions à n'avoir affiché aucune variation ou une légère perte d'emplois sur l'année. En termes de pourcentages, Red Deer se classait en tête des provinces relativement à la croissance de l'emploi (+4,8 %), suivie par Banff-Jasper-Rocky Mountain House et Athabasca-Grande Prairie-Peace River.

Lethbridge-Medicine Hat
La table de données pour cette image se trouve ci-dessous

Source : Statistique Canada, Enquête sur la population active

Afficher le graphique en texte clair
  • Taux d'activité : 65,8 %; -0,7 points de pourcentage
  • Taux d'emploi : 62,4 %; -0,3 points de pourcentage
  • Taux de chômage : 5,1 %; -0,6 points de pourcentage

Dans la région de Lethbridge-Medicine Hat, l'emploi est demeuré inchangé en 2018, tandis que la population (+0,4 %) et la population active (-0,6 %) ont peu peu changé sur l'année. Se chiffrant à 5,1 %, le taux de chômage régional se partage le titre de taux le plus faible de la province. Tout comme pour les autres régions agricoles des Prairies, la région a observé un grand intérêt pour le démarrage d'entreprises de cannabis en 2018. La construction de la nouvelle usine de transformation de pommes de terre, d'une valeur de 360 millions de dollars, de Cavendish Farms s'est poursuivie. L'usine devrait être prête pour la récolte de l'automne 2019. Les résultats du recensement de 2016 montrent que la Ville de Lethbridge et ses environs est désormais assez peuplée pour être considérée comme une région métropolitaine de recensement (RMR), avec Calgary et Edmonton.

Camrose-Drumheller
La table de données pour cette image se trouve ci-dessous

Source : Statistique Canada, Enquête sur la population active

Afficher le graphique en texte clair
  • Taux d'activité : 67,6,%; +0,3 points de pourcentage
  • Taux d'emploi : 64,1,%; +2,1 points de pourcentage
  • Taux de chômage : 5,1,%; -2,9 points de pourcentage

La région de Camrose-Drumheller a affiché une croissance de l'emploi de 2,8 % en 2018, malgré le fait que la population (-0,6 %) et la population active (-0,2 %) ont diminué par rapport aux niveaux de 2017. Au même moment, le chômage a baissé de manière importante (-3 000) et le taux de chômage de la région a diminué de 2,9 points de pourcentage, affichant le taux de plus bas de la province, à égalité avec celui de Lethbridge‑Medicine Hat. Les gains d'emplois en 2018 étaient concentrés dans le secteur de la production des biens, principalement dans l'agriculture, et l'extraction de pétrole et de gaz. L'emploi dans l'ensemble du secteur des services n'a affiché aucune variation nette par rapport à l'année dernière. En ce qui a trait à l'avenir, deux entreprises différentes augmenteront la capacité de stockage de grains et de logistique dans la ville de Stettler. G3 Canada Ltd. prévoit commencer la construction d'une installation de manutention du grain ce printemps, qui devrait être terminée pour 2020. L'emplacement de G3 comprend une superficie d'environ 80 hectares et est assez grand pour aménager une voie en boucle de 134 wagons pour le chargement et le déchargement. L'autre entreprise, Viterra, modernisera son terminal céréalier actuel à Stettler dans le but d'accroître la capacité ferroviaire, la capacité de stockage et d'accélérer la production.

Calgary
La table de données pour cette image se trouve ci-dessous

Source : Statistique Canada, Enquête sur la population active/p>

Afficher le graphique en texte clair
  • Taux d'activité : 72,5 %; -1,3 points de pourcentage
  • Taux d'emploi : 67,0 %; -0,6 points de pourcentage
  • Taux de chômage : 7,6 %; -0,8 points de pourcentage

En 2018, la croissance de l'emploi à Calgary (+0,9 %) a ralenti considérablement par rapport à l'année dernière. En outre, la croissance de la population active de la région s'est retrouvée complètement paralysée. Sur une note positive, le chômage a diminué d'environ 8 000. Toutefois, se chiffrant à 7,6 %, le taux de chômage de Calgary était l'un des plus élevés du pays. Parmi les 69 régions économiques du Canada, seules huit affichaient un taux de chômage plus élevé que celui de Calgary l'an dernier. L'emploi dans le secteur de la production des biens était étonnamment vigoureux (+14 700), compensant la perte de 6 500 emplois dans le secteur des services. La croissance de l'emploi dans l'information, la culture et les loisirs était un point positif important pour la région, principalement en raison des tournages réalisés dans l'industrie du tourisme.

Cette année, WestJet lance trois nouveaux vols directs vers l'Europe à partir de l'aéroport international de Calgary et utilisera des Boeing 787-9 Dreamliners. Les nouveaux itinéraires appuieront un nombre estimatif de 650 emplois à temps plein et 100 M$ en production économique, selon WestJet. Les nouveaux vols surviennent alors que l'entreprise de Calgary jongle avec ses itinéraires nord-américains pour faire face à l'interdiction de vol qui touche les aéronefs Boeing 727 MAX.

Banff-Jasper-Rocky-Mountain House et Athabasca-Grande Prairie-Peace River
La table de données pour cette image se trouve ci-dessous

Source : Statistique Canada, Enquête sur la population active/p>

Afficher le graphique en texte clair
  • Taux d'activité : 73,3 %; +2,4 points de pourcentage
  • Taux d'emploi : 69,2 %; +2,9 points de pourcentage
  • Taux de chômage : 5,6 %; -0,8 points de pourcentage

Dans l'ensemble, l'emploi a fortement augmenté dans la région de Banff-Jasper-Rocky-Mountain House et Athabasca-Grande Prairie-Peace River en 2018, puisque d'importants gains d'emplois parmi les industries du secteur des services (+10 000) ont compensé les pertes enregistrées dans le secteur de la production des biens (-3 000). Bien que les producteurs pétrolier et gazier de la région de Grande Prairie étaient d'un optimisme prudent au début de 2018, c'était loin d'être le cas au début de 2019 lorsque toutes les entreprises énergétiques cotées en bourse ont annoncé des plans visant à ralentir les activités et à réduire les dépenses en immobilisation. Au sud, les centres touristiques de Banff et Jasper ont profité d'une autre excellente année en 2018, malgré qu'ils aient été couverts par la fumée des feux de forêt de la C.-B. en août.

Red Deer
La table de données pour cette image se trouve ci-dessous

Source : Statistique Canada, Enquête sur la population active/p>

Afficher le graphique en texte clair
  • Taux d'activité : 72,5 %; +1,8 points de pourcentage
  • Taux d'emploi : 68,6 %; +2,8 points de pourcentage
  • Taux de chômage : 5,5 %; -1,4 points de pourcentage

Red Deer a profité d'une croissance de l'emploi vigoureuse (+4,8 %) et d'un taux de chômage sous la moyenne (5,5 %) en 2018. L'emploi a augmenté d'environ 2,0 % dans l'ensemble du secteur de la production des biens et beaucoup plus rapidement au sein des industries du secteur des services. En mars 2019, le gouvernement fédéral s'est engagé à verser 40 millions de dollars pour moderniser les installations appartenant à l'aciériste international, Evraz, à Red Deer et Regina. Cette initiative découle du fait que les aciéristes en activité au Canada ont de la difficulté à composer avec les tarifs douaniers continus imposés par les États-Unis.

Les Services de santé de l'Alberta ont commencé la construction d'un nouvel établissement de désintoxication pour les jeunes à Red Deer. Les programmes offriront une évaluation globale, une désintoxification, du counseling en matière de toxicomanie, des services de santé, et des services de garde et de supervision 24 heures sur 24 pour les enfants et les adolescents.

Edmonton
La table de données pour cette image se trouve ci-dessous

Source : Statistique Canada, Enquête sur la population active/p>

Afficher le graphique en texte clair
  • Taux d'activité : 72,1 %; -0,7 points de pourcentage
  • Taux d'emploi : 67,5 %; +0,6 points de pourcentage
  • Taux de chômage : 6,4 %; -1,7 points de pourcentage

L'emploi dans la région d'Edmonton a augmenté de 2,6 % en 2018, surpassant la croissance de la population et de la population active par une grande majorité. Le chômage a diminué de 14 000 par rapport à 2017, tandis que le taux de chômage de la région se situait en moyenne à 6,4 % au cours de l'année. La croissance de l'emploi était partagée également entre le secteur de la production des biens et le secteur des services. Puisque la Ville d'Edmonton est la capitale de la province, la région a tendance à profiter de la croissance de l'emploi dans les industries des soins de santé, de l'enseignement et des administrations publiques. En 2018, l'emploi dans l'industrie du secteur public de la région a affiché une hausse combinée de 22 500 (+11 %).

Le centre industriel de l'Alberta est situé dans la région économique d'Edmonton, juste au nord de la Ville d'Edmonton. La région a souvent été mentionnée dans les nouvelles en 2018 puisque le gouvernement de l'Alberta a encouragé d'énormes investissements dans la fabrication de produits pétrochimiques et des projets de diversification semblables. Dans le cadre d'un des projets de la fin de 2018, Sherritt International Corp. a annoncé qu'elle travaillait sur une centrale de démonstration pour une approche radicalement différente à la valorisation du bitume, permettant à celui-ci d'être acheminé par pipeline sans avoir besoin d'un diluant. La conception finale aura lieu tout au long de 2019 et la construction commencera en 2020-2021[34].

Wood Buffalo–Cold Lake
La table de données pour cette image se trouve ci-dessous

Source : Statistique Canada, Enquête sur la population active/p>

Afficher le graphique en texte clair
  • Taux d'activité : 76,8 %; -0,1 points de pourcentage
  • Taux d'emploi : 72,3 %; +1,4 points de pourcentage
  • Taux de chômage : 5,9 %; -1,8 points de pourcentage

Au nord-est, la ville de Fort McMurray dans la région de Wood Buffalo–Cold Lake agit en tant que centre de services pour les activités d'exploitation des sables bitumineux de l'Alberta. La région a souffert en 2018 puisque la population, la population active et l'emploi ont chuté sur l'année. Sur une note positive, le chômage de Wood Buffalo-Cold Lake se situait à 5 200 en 2018, soit 25 % de moins qu'en 2017. Par conséquent, le taux de chômage régional a diminué de 1,8 point de pourcentage pour atteindre 5,9 %. La municipalité régionale de Wood Buffalo a approuvé un soutien de 2 millions de dollars offert aux résidents de Fort McMurray qui s'efforcent encore de reconstruire leur maison dans le but d'y retourner après le feu de forêt de 2016. Les fonds aideront à couvrir les coûts liés aux logements provisoires et les frais de l'évaluation spéciale des propriétaires. Malgré le climat d'investissement incertain, Suncor Energy devrait commencer cette année la construction d'une usine de coproduction au gaz naturel à sa mine principale. Le projet devrait coûter entre 1,0 et 1,5 milliard de dollars et être fonctionnel en 2022.

Démographie et résultats des clients

Population et migration

L'Alberta est la quatrième province la plus peuplée du Canada après l'Ontario, le Québec et la C.-B. Pour ce qui est de la période entre l'année de recensement de 2011 et celle de 2016, Alberta était la province canadienne affichant la croissance la plus rapide, celle-ci étant presque autant stimulée par l'accroissement naturel (les naissances moins les décès), l'arrivée nette de Canadiens en provenance d'autres provinces (migration interprovinciale) et l'immigration internationale. Voir le tableau de migration détaillé.

La croissance rapide historique de la population de l'Alberta découle de son rôle très important dans l'économie du Canada. Les gens suivent les emplois, surtout les jeunes adultes, alors qu'ils constituent un ménage et commencent une famille. La croissance démographique, en soi, tend à appuyer le développement économique et la création d'emplois.

Comme mentionné dans la section sur l'industrie, les industries du secteur de la production des biens de l'Alberta représentent une plus grande partie de l'emploi total que dans les autres provinces. Les industries comme la construction et l'agriculture comptent un plus grand nombre de travailleurs que de travailleuses. Il n'est donc peut-être pas étonnant que l'Alberta soit l'une des deux provinces comprenant une plus grande population d'hommes que de femmes. À l'échelle nationale, et dans toutes les autres provinces à l'exception de sa voisine la Saskatchewan, le nombre de femmes est légèrement plus élevé que le nombre d'hommes en raison de leur espérance de vie moyenne plus longue.

Migration interprovinciale, Alberta
2013/14 à 2017/18<
La table de données pour cette image se trouve ci-dessous

Source : Statistique Canada, Tableau 17-10-0022-01 Estimations des migrants interprovinciaux

Afficher le graphique en texte clair
  • Personnes entrant en Alberta en provenance d'autres provinces : 338 707
  • Les Albertains qui partent dans d'autres provinces : 310 960

Au cours de période de cinq ans entre juillet 2013 et juillet 2018, la population de l'Alberta a augmenté d'un nombre estimatif de 325 000, se classant au troisième rang parmi les provinces en termes de nombre absolu, et au premier rang en termes de croissance en pourcentage (+8,2 %). Toutefois, la croissance de la population a quelque peu ralenti en raison de la récession de 2015-2016. Néanmoins, en 2019, la croissance de la population de l'Alberta devrait surpasser la moyenne nationale.

Comme pour les autres provinces, la population de l'Alberta vieillit. L'âge médian de la province a augmenté, passant de juste en dessous de 30 ans en 1986 à un âge estimatif de 36,9 ans en 2018, ce qui confirme le fait que l'Alberta est l'une des provinces les plus jeunes du Canada. À l'échelle nationale, la population vieillissante du Canada a été cernée comme étant un enjeu à priorité absolue par Statistique Canada. Voir le tableau détaillé sur la population.

La table de données pour cette image se trouve ci-dessous
Afficher le graphique en texte clair
Population de l'Alberta
4 307 110
Projections démographiques
6 083 000
Groupes d'âge 2018 2038
0-14 ans 19 % 18 %
15-24 ans 12 % 13 %
25-54 ans 44 % 40 %
55-64 ans 12 % 11 %
65+ ans 13 % 19 %
100 % 100 %

Résultats des clients

Autochtones

Selon le recensement de 2016, un quart de millions d'Autochtones habitent en Alberta, ce qui représente 6,5 % de la population totale. Les membres des Premières Nations représentaient un peu plus de la moitié de toutes les personnes autochtones, les Métis représentant la majeure partie du reste. Peu d'Inuits vivent dans la province. La population autochtone comprend un nombre disproportionné de jeunes, notamment un enfant sur dix en Alberta est Autochtone[35].

Historiquement, la population autochtone du Canada est désavantagée sur le plan économique et en ce qui a trait au marché du travail. En 2016, un tiers de tous les membres des Premières Nations vivait dans une réserve, où seulement un adulte sur trois occupe un emploi. En 2016, à l'apogée de la plus récente récession de l'Alberta, le taux de chômage au sein de la population dans les réserves était de 28,4 %, soit deux fois plus élevé que le taux chez les Autochtones vivant hors réserve.

La table de données pour cette image se trouve ci-dessous

Source : Enquête sur la population active de Statistique Canada – Tableau sur mesure d'EDSC Les Autochtones vivant hors réserve

Afficher le graphique en texte clair
Identité autochtone Identité non autochtone
Taux d'emploi
59,7 %

67,4 %
Taux de chômage
10,5 %

6,4 %

Entre les recensements, les statistiques relatives au marché du travail sont seulement disponibles pour les personnes vivant en dehors des réserves. En 2018, le taux de chômage chez les Autochtones vivants hors réserve était de 10,5 % contre 6,4 % chez les Albertains non autochtones.

Malgré tout, les Autochtones qui vivent en Alberta participent davantage au marché du travail qu'ailleurs au Canada. En 2018, le taux d'emploi chez les Autochtones vivants hors réserve en Alberta se situait juste en dessous de 60 %, soit environ 2,5 points de pourcentage au‑dessus de la moyenne nationale.

Immigrants et nouveaux arrivants

En 2018, les immigrants reçus représentaient 23,7 % de la population active de l'Alberta, ce qui représente une légère hausse par rapport à l'année dernière. Cette tranche de la population provinciale a progressé en moyenne de 6 % par année depuis 2014, soit environ dix fois le taux des personnes nées au Canada. Ces chiffres peuvent sembler contradictoires aux taux de croissance des populations présentés ci‑dessus; cependant, il faut garder à l'esprit que les statistiques relatives à la population active excluent par leur conception les personnes âgées de moins de 15 ans

Au cours des cinq dernières années, le taux de chômage a augmenté de façon soutenue chez les immigrants reçus par rapport aux Canadiens de souche. Toutefois, les écarts diminuent en général avec le nombre d'années au pays. Par exemple, en 2018, les immigrants qui sont arrivés au Canada au cours des cinq années précédentes affichaient un taux de chômage de 8,2 % par rapport à 7,2 % chez ceux qui y sont arrivés au cours des cinq à dix années précédentes. En revanche, le taux de chômage de 2018 chez les Albertains nés au Canada était de 6,4 %.

Taux de chômage des immigrants admis selon le temps passé en Alberta
La table de données pour cette image se trouve ci-dessous

Source : Statistique Canada. Tableau : 14-10-0083-01. Caractéristiques de la population active selon le statut d'immigrant

Afficher le graphique en texte clair
Temps passé en Alberta Taux de chômage
0-5 ans 8,2 %
5-10 ans 7,2 %
10+ ans 6,5 %
Jeunes

Le taux de chômage chez les jeunes de l'Alberta (âgés de 15 à 24 ans) se situe au-dessus de la moyenne sur dix ans depuis les trois dernières années. En 2018, le taux de chômage chez les jeunes albertains (12,2 %) était plus du double de celui des adultes en âge d'activité maximale (25 à 54 ans)[37]

Caractéristiques de la population active selon le sexe et le groupe d'âge détaillé, données annuelles

Entre 2017 et 2018, le taux de chômage chez les jeunes hommes a diminué de plus de deux points de pourcentage pour atteindre 13,9 %, tandis que le taux chez les jeunes femmes a augmenté pour se chiffrer à 10,3 %. Ces écarts fondés sur le sexe reflètent le fait que les gains d'emplois enregistrés en 2018 étaient plus marqués dans les industries du secteur de la production des biens de l'Alberta, comme la fabrication, qui offraient traditionnellement davantage d'emplois de premier échelon aux jeunes hommes qu'aux jeunes femmes.

Néanmoins, le taux de chômage plus élevé chez les jeunes femmes en 2018 est attribuable au fait que leur taux d'emploi a diminué et que plus de 6 000 d'entre elles ont quitté le marché du travail.

Taux de chômage des jeunes
La table de données pour cette image se trouve ci-dessous

Source : Statistique Canada. Tableau 14-10-0327-01. Caractéristiques de la population active selon le sexe et le groupe d'âge détaillé, données annuelles

Afficher le graphique en texte clair
Groupes d'âge Taux de chômage
15-19 ans 18,6 %
20-24 ans 8,8 %
25-29 ans 6,3 %
15+ avg 6,6 %
Travailleurs âgés

En 2018, 72 % des Albertains âgés de 55 à 64 ans travaillaient ou cherchaient activement un emploi, soit le même taux que celui des personnes âgées de 15 ans et plus. Au niveau de cette mesure de base au moins, il n'existe en effet aucune différence entre les travailleurs âgés et la population active générale de la province.

Caractéristiques de la population active selon le sexe et le groupe d'âge détaillé, données annuelles

Pour ce qui est des personnes âgées de 65 ans et plus, la proportion de la population d'aînés de l'Alberta est passée de 11 % à 13 % au cours de la période de cinq ans de 2013 à 2018. Malgré tout, la proportion provinciale d'aînés demeure beaucoup plus faible que la moyenne nationale (17 %). En effet, l'Alberta affiche de manière constante la plus faible proportion d'aînés parmi toutes les provinces.

Taux d'emploi des travailleurs âgés
La table de données pour cette image se trouve ci-dessous

Source : Statistique Canada. Tableau 14-10-0327-01. Caractéristiques de la population active selon le sexe et le groupe d'âge détaillé, données annuelles

Afficher le graphique en texte clair
Groupes d'âge Taux d'emploi
55-59 ans 74,3 %
60-64 ans 58,9 %
65+ ans 18,6 %
15+ avg 67,2 %

Quoi qu'il en soit, la proportion d'aînés albertains qui demeurent actifs sur le marché du travail est élevée selon les normes canadiennes. Se chiffrant à 18,6 %, le taux d'emploi chez les aînés de l'Alberta occupait la deuxième place derrière la Saskatchewan l'an dernier.

Comme partout ailleurs au Canada, l'emploi chez les aînés de l'Alberta varie fortement selon le sexe. En 2018, près d'un quart des hommes âgés travaillaient comparativement à seulement 13,5 % des femmes âgées.

En 2016 (les plus récentes données disponibles), les aînés vivant en Alberta affichaient le revenu moyen le plus élevé parmi les provinces. Cela était tout aussi vrai pour les hommes que pour les femmes[38].

Personnes handicapées

En 2017, il était estimé qu'environ 440 000 Albertains souffrent d'une certaine forme de handicap, représentant près de 20 % de la population âgée de 25 à 64 ans. Cette prévalence de handicap était la deuxième plus basse parmi toutes les provinces, possiblement puisque la population de l'Alberta penche vers une population plus jeune.

Deux tiers des Albertains handicapés occupaient un emploi en 2017 par rapport à plus de 80 % des personnes sans handicap. Malgré tout, se chiffrant à 66,3 %, le taux d'emploi chez les personnes handicapées de l'Alberta était le plus élevé parmi les provinces.

En 2017, le taux de chômage chez les Albertains handicapés était encore une fois près de la moitié plus élevée qu e celui des personnes sans handicap. Toutefois, malgré le taux d'emploi élevé mentionné ci‑dessus, le taux de chômage chez les Albertains handicapés était plus élevé que le taux correspondant à l'échelle nationale. Ce paradoxe entre l'emploi élevé et le chômage élevé est une caractéristique de l'ensemble de la population active de l'Alberta depuis 2016. Durant les 15 années avant 2016, le total de chômage global de l'Alberta était toujours bien en dessous de la moyenne nationale.

La table de données pour cette image se trouve ci-dessous

Source : Statistique Canada. Enquête canadienne sur l'incapacité, 2017. Les graphiques reflètent le groupe d'âge des 25 à 64 ans. Données non disponibles sur les personnes de moins de 25 ans de la population active ayant une incapacité.

Afficher le graphique en texte clair
Handicapées Non handicapées
Taux d'emploi
66,3 %

80,9 %
Taux de chômage
10,2 %

7,2 %

Remarque

Les auteurs ont pris un soin particulier à rédiger ce document en fondant leurs recherches sur des informations sur le marché du travail qui étaient exactes et pertinentes au moment de la publication. Le marché du travail étant en évolution constante, les données fournies peuvent avoir changé depuis la publication de ce document. Nous encourageons les lecteurs à consulter d'autres sources pour obtenir des renseignements supplémentaires sur l'économie et le marché du travail locaux. Les renseignements présentés dans ce document ne reflètent pas nécessairement les politiques officielles d'Emploi et Développement social Canada.

Préparé par : Direction de l'information sur le marché du travail, Service Canada, Alberta
Pour de l'information, veuillez contacter l'équipe de l'IMT.

Définitions

Retour au marché du travail.

Veuillez consulter le Guide de l'Enquête sur la population active : https://www150.statcan.gc.ca/n1/pub/71-543-g/71-543-g2018001-eng.htm

Population active : Population civile de 15 ans et plus qui, durant la semaine de référence de l'enquête, étaient occupée ou au chômage.

Taux d'activité : Pourcentage de la population active totale par rapport à l'ensemble de la population âgée de de 15 ans et plus. Le taux d'activité d'un groupe donné (par ex., les femmes âgées de 25 ans et plus) correspond à la population active de ce groupe exprimée en pourcentage de la population du même groupe.

Taux d'emploi (rapport emploi-population) : Nombre de travailleurs exprimé en pourcentage de la population âgée de 15 ans et plus. Le taux d'emploi d'un groupe particulier (qui est, par ex., déterminé par l'âge, le sexe, l'état matrimonial ou la province) correspond au nombre de travailleurs dans ce groupe exprimé en pourcentage de la population totale du même groupe.

Taux de chômage : Nombre de chômeurs exprimé en pourcentage de la population active. Le taux de chômage d'un groupe donné (qui est, par ex., déterminé par l'âge, le sexe ou l'état matrimonial) correspond au nombre de chômeurs dans ce groupe exprimé en pourcentage de la population active du même groupe.

Annexe

Tableau détaillé de l'industrie. Revenir aux Tendances de l'industrie

Estimations de l'emploi ('000) 2018 2017 2017 à 2018
# var. % var.
**Total, toutes les industries (000s) 2 330,7 2 286,9 43,8 1,9
Secteur de la production de biens 601,1 578,1 23,0 4,0
Agriculture 49,3 52,1 -2,8 -5,4
Foresterie, pêche, mines, exploitation en carrière, et extraction de pétrole et de gaz 153,2 144,8 8,4 5,8
Services publics 23,4 21,0 2,4 11,4
Construction 245,4 241,0 4,4 1,8
Fabrication 129,8 119,2 10,6 8,9
Secteur des services 1 729,7 1 708,8 20,9 1,2
Commerce 333,4 335,0 -1,6 -0,5
Transport et entreposage 138,8 140,1 -1,3 -0,9
Finance, assurances, immobilier et location 105,7 107,6 -1,9 -1,8
Services professionnels, scientifiques et techniques 180,8 178,7 2,1 1,2
Services aux entreprises, services relatifs aux bâtiments et autres services de soutien 86,1 80,9 5,2 6,4
Services d'enseignement 157,3 153,1 4,2 2,7
Soins de santé et assistance sociale 278,6 274,1 4,5 1,6
Information, culture et loisirs 78,0 73,6 4,4 6,0
Hébergement et services de restaurations 147,5 148,1 -0,6 -0,4
Autres services (sauf les administrations publiques) 113,8 115,2 -1,4 -1,2
Administrations publiques 109,6 102,4 7,2 7,0
Remarque : Les totaux peuvent ne pas correspondre aux sommes indiquées en raison des arrondissements

Source : Statistique Canada Enquête sur la population active – Tableau 14-10-0023 (anciennement CANSIM 282-0008)



Tableau détaillé sur la population : Alberta. Revenir aux Démographiques

Groupes d'âge 1998 % de Population 2018 % de Population Projection 2038 % de Population
0-4 196 641 6,8 % 277 579 6,4 % 357 700 5,9 %
5-9 216 913 7,5 % 276 387 6,4 % 352 600 5,8 %
10-14 218 124 7,5 % 260 555 6,0 % 359 800 5,9 %
15-19 212 168 7,3 % 251 337 5,8 % 371 600 6,1 %
20-24 209 875 7,2 % 274 313 6,4 % 389 800 6,4 %
25-29 218 858 7,5 % 326 082 7,6 % 404 500 6,6 %
30-34 235 751 8,1 % 355 630 8,3 % 406 100 6,7 %
35-39 269 946 9,3 % 342 125 7,9 % 393 500 6,5 %
40-44 252 949 8,7 % 302 367 7,0 % 409 000 6,7 %
45-49 201 587 7,0 % 281 502 6,5 % 410 000 6,7 %
50-54 161 346 5,6 % 272 966 6,3 % 395 900 6,5 %
55-59 118 916 4,1 % 284 634 6,6 % 361 900 5,9 %
60-64 99 394 3,4 % 249 951 5,8 % 305 700 5,0 %
65-69 90 921 3,1 % 187 836 4,4 % 276 200 4,5 %
70-74 74 302 2,6 % 138 728 3,2 % 260 100 4,3 %
75-79 57 185 2,0 % 92 822 2,2 % 253 800 4,2 %
80-84 35 905 1,2 % 64 279 1,5 % 197 000 3,2 %
85-89 18 893 0,7 % 42 373 1,0 % 115 000 1,9 %
90 + 9 392 0,3 % 25 644 0,6 % 62 700 1,0 %
Total 2 899 066 100,0 % 4 307 110 100,0 % 6 083 000 100,0 %
Âge médian 33,9   36,9   S. O.

Âge de travail principal, proportion de la population totale en :
1998   2018   2038  
  1 340 437 46,2 % 1 880 672 43,7 % 2 419 000 39,8 %

Sources : Statistique Canada, Estimations démographiques annuelles,Tableaux 17-10-0005-01; Statistique Canada Tableaux 17-10-0057-01 (scénario de projection M2)



Tableau sur la migration interprovinciale : Alberta. Revenir aux Démographiques

Migration interprovinciale, Alberta 2013/14 à 2017/18
Région Départ AB Saisie AB Solde migratoire
Provinces de l'Atlantique -36 963 46 793 9 830
Québec -12 532 22 644 10 112
Ontario -81 905 98 414 16 509
Manitoba -12 633 22 880 10 247
Saskatchewan -32 391 44 635 12 244
Colombie-Britannique -130 059 97 229 -32 830
Territoires -4 477 6 112 1 635
Total -310 960 338 707 27 747

Remarque : La période annuelle s'échelonne du 1er juillet au 30 juin; les données de 2017-2018 sont provisoires<
Source : Statistique Canada, Tableau17-10-0022-01 Estimations des migrants interprovinciaux

Note de bas de page


  1. Fonds monétaire international. Perspective de l'économie mondiale. Avril 2019. Publié le 2 avril 2019.

  2. Ibid.

  3. Conference Board du Canada. Canadian Outlook Economic Forecast: Spring 2019. Publié le 1 er mai 2019. (en anglais seulement)

  4. Conference Board du Canada. Index of Business Confidence: Spring 2019. Publié le 26 avril 2019. (en anglais seulement)

  5. Banque du Canada. Enquête sur les perspectives des entreprises printemps 2019. Publié le 15 avril 2019.

  6. Statistique Canada. Le Quotidien : Comptes du bilan national et des flux financiers, quatrième trimestre de 2018. Publié le 14 mars 2019.

  7. Statistique Canada. Tableau 14-10-0287-01 Caractéristiques de la population active, données mensuelles désaisonnalisées et la tendance-cycle, 5 derniers mois.

  8. Statistique Canada. Tableau 14-10-0325-01 Postes vacants, employés salariés, taux de postes vacants et moyenne du salaire offert selon les provinces et territoires, données trimestrielles non désaisonnalisées.

  9. Ibid.

  10. Conference Board du Canada. Canadian Outlook Economic Forecast: Spring 2019. Publié le 1 er mai 2019. (en anglais seulement)

  11. Statistique Canada. Tableau 14-10-0287-01 Caractéristiques de la population active, données mensuelles désaisonnalisées et la tendance-cycle, 5 derniers mois.

  12. Statistique Canada, Tableau 36-10-0402-01, Produit intérieur brut (PIB) aux prix de base, par industries, provinces et territoires (x 1 000 000). Consulté le 1 er mai 2019. https://www150.statcan.gc.ca/t1/tbl1/fr/tv.action?pid=3610040201&request_locale=fr

  13. Industrie Canada, Données sur le commerce en direct. En dollars courants, les exportations ont augmenté de 15 % en 2018. Consulté le 22 avril 2019. https://www.ic.gc.ca/app/scr/tdst/tdo/crtr.html?timePeriod=5%7CComplete+Years&reportType=TE&searchType=All&productType=HS6&currency=CDN&countryList=ALL&runReport=true&grouped=GROUPED&toFromCountry=CDN&naArea=P48&lang=fra

  14. Statistique Canada, Dépenses en immobilisation et réparations, actifs corporels non résidentiels, par industrie selon la géographie (x 1 000 000). Consulté le 25 avril 2019. https://www150.statcan.gc.ca/t1/tbl1/fr/tv.action?pid=3410003501&request_locale=fr

  15. Statistique Dépenses en immobilisation et réparations, actifs corporels non résidentiels, par industrie selon la géographie (x 1 000 000). IBID

  16. Statistique Canada, CANSIM 051-0045, Estimations de la population, Canada, provinces et territoire. Consulté le 10 mars 2018. https://www150.statcan.gc.ca/t1/tbl1/fr/tv.action?pid=1710000901&request_locale=fr

  17. Statistique Canada/SMCH, CANSIM, Tableau 027-0038, Migrants interprovinciaux selon la province ou le territoire d'origine et de destination. Consulté le 22 mars 2018. https://www150.statcan.gc.ca/t1/tbl1/fr/tv.action?pid=1710004501&request_locale=fr

  18. Industrie Canada. Données sur le commerce en direct. Consulté le 20 avril 2019. http://www.ic.gc.ca/eic/site/tdo‑dcd.nsf/fra/accueil

  19. Vancouver Sun, China has stopped buying crude oil from Western Canada after record purchase in 2018; 9 avril 2019. Consulté le 25 avril 2019 https://vancouversun.com/news/local-news/china-has-stopped-buying-crude-oil-from-western-canada-after-record-purchase-in-2018 (en anglais seulement)

  20. Reuters, Canadian farm exports run into Chinese wall amid diplomatic dispute, 28 avril 2019. Consulté le 29 avril 2019. https://www.reuters.com/article/us-canada-trade-china/canadian-farm-exports-run-into-chinese-wall-amid-diplomatic-dispute-idUSKCN1S508T (en anglais seulement)

  21. Statistique Canada, Tableau 14-10-0287-01, Caractéristiques de la population active, données mensuelles désaisonnalisées et la tendance-cycle, 5 derniers mois. Consulté le 25 avril 2019. https://www150.statcan.gc.ca/t1/tbl1/fr/cv.action?pid=1410028701&request_locale=fr

  22. Statistique Canada, Indice des prix à la consommation, moyenne annuelle, non désaisonnalisé. Consulté le 25 avril 2019. https://www150.statcan.gc.ca/t1/tbl1/fr/tv.action?pid=1810000501&request_locale=fr

  23. Statistique Canada, Rémunération hebdomadaire moyenne selon l'industrie, données annuelles. Consulté le 25 avril 2019. https://www150.statcan.gc.ca/t1/tbl1/fr/tv.action?pid=1410020401&request_locale=fr

  24. Statistique Canada. Tableau 14-10-0027-01, Emploi selon la catégorie de travailleur, données annuelles (x 1 000). Consulté le 15 mars 2019. https://www150.statcan.gc.ca/t1/tbl1/fr/tv.action?pid=1410002701&request_locale=fr

  25. Statistique Canada. Tableau 14-10-0057-01, Durée du chômage, données annuelles. Consulté le 15 mars 2019. https://www150.statcan.gc.ca/t1/tbl1/fr/tv.action?pid=1410005701&request_locale=fr

  26. ATB Financial, Alberta Economic Outlook - mars 2019. Consulté le 15 mars 2019. https://www.atb.com/learn/economics/Pages/alberta-economic-outlook.aspx (en anglais seulement)

  27. Arc Energy Research Institute, Issues That Are Weighing on Oil and Gas Investment; 5 mars 2019. Consulté le 11 mars 2019. https://www.arcenergyinstitute.com/issues-that-are-weighing-on-oil-and-gas-investment/ (en anglais seulement)

  28. Petroleum Services Association of Canada (PSAC), Business day figures. Consulté le 30 avril 2019. https://www.psac.ca/business/gmpfirstenergy/ (en anglais seulement)

  29. Globe and Mail, Husky urges UCP to end Alberta's oil curtailment; 27 avril 2019. Consulté le 27 avril 2019. http://globe2go.newspaperdirect.com/epaper/viewer.aspx?issue=18932019042700000000001001&page=29&article=6dc19959-e465-4d7f-8113-8139931eabad&key=GGj6yIA%2BmVc%2FcLMnxJxE2Q%3D%3D&feed=rss (en anglais seulement)

  30. Journal of Commerce, $2-billion methanol plant planned near Grande Prairie; 27 février 2019. Consulté le 20 avril 2019. https://canada.constructconnect.com/joc/news/projects/2019/02/2-billion-methanol-plant-planned-near-grande-prairie (en anglais seulement)

  31. Statistique Canada, Revenu agricole, 2018. Publié le 28 mai 2019. Consulté le 31 mai 2019. https://www150.statcan.gc.ca/n1/daily-quotidien/190528/dq190528a-fra.htm?indid=3687-1&indgeo=0

  32. Edmonton Journal, New case of deadly pig virus confirmed; Alberta pork producers urged to tighten biosecurity; 4 mars 2019. Consulté le 11 mars 2019. https://edmontonjournal.com/news/local-news/fourth-case-of-deadly-pig-virus-confirmed-alberta-pork-producers-urged-to-tighten-biosecurity/wcm/a3586eb1-ed3e-4cb7-80fc-28aa6046db0f (en anglais seulement)

  33. LMC International, The Economic Impact of Canola on the Canadian Economy, décembre 2016. Consulté le 1 er mai 2019. https://www.canolacouncil.org/media/584356/lmc_canola_10-year_impact_study_-_canada_final_dec_2016.pdf (en anglais seulement)

  34. For Saskatchewan Record, Sherritt developing multi-million upgrading demonstration plant; 8 novembre 2018. Consulté le 15 mars 2019. https://www.fortsaskatchewanrecord.com/news/local-news/sherritt-bringing-multi-million-upgrading-demonstration-plant-to-heartland (en anglais seulement)

  35. Statistique Canada, Catalogue de recensement n o 98-400-X2016266. Consulté le 15 avril 2018. https://www12.statcan.gc.ca/census-recensement/2016/dp-pd/dt-td/Lp-fra.cfm?LANG=F&APATH=3&DETAIL=0&DIM=0&FL=A&FREE=0&GC=0&GID=0&GK=0&GRP=1&PID=0&PRID=10&PTYPE=109445&S=0&SHOWALL=0&SUB=0&Temporal=2017&THEME=122&VID=0&VNAMEE=&VNAMEF=

  36. Statistique Canada, CANSIM, Tableau 282-0102, Estimations de l'Enquête sur la population active (EPA), selon le statut d'immigrant et le groupe d'âge, Canada, régions, provinces, données annuelles. Consulté le 25 avril 2018. https://www150.statcan.gc.ca/t1/tbl1/fr/tv.action?pid=1410008301&request_locale=fr

  37. Statistique Canada, Tableau 14-10-0083-01, Caractéristiques de la population active selon le statut d'immigrant, données annuelles. Consulté le 22 avril 2019. https://www150.statcan.gc.ca/t1/tbl1/fr/tv.action?pid=1410008301&request_locale=fr

  38. Tableau 206-0052, Revenu des particuliers selon le groupe d'âge, le sexe et la source de revenu, Canada, provinces et certaines régions métropolitaines de recensement. Consulté le 30 avril 2018. https://www150.statcan.gc.ca/t1/tbl1/fr/tv.action?pid=1110023901&request_locale=fr

Date de modification :