Emploi-Avenir Québec - CNP 4163

Scénario 2015-2019 Choisir une profession

Agents/agentes de développement économique, recherchistes et experts-conseils/expertes-conseils en marketing (CNP 4163)

Sur cette page

Nature du travail

Les agents de développement économique, les recherchistes et les experts-conseils en marketing, effectuent des recherches, formulent des politiques et administrent des programmes afin de promouvoir les investissements industriels, commerciaux et touristiques dans les régions rurales et urbaines, ou afin de promouvoir les produits et services commerciaux ou industriels.

Pour obtenir la description complète et officielle de cette profession , il suffit de consulter le site de la Classification nationale des professions (CNP 2006).

Exemples de titres professionnels

  • agent de développement économique
  • agent de développement industriel
  • agent de développement touristique
  • agent d'expansion des entreprises
  • analyste en développement régional
  • analyste en marketing
  • consultant en développement
  • économique communautaire
  • consultant en marketing
  • expert-conseil de l'industrie touristique
  • responsable d'études de marché

Perspectives

Les perspectives d'emploi dans cette profession sont acceptables.

(Mise à jour : mai 2016)

A) Vue d'ensemble

Au cours des dernières années, le nombre d'agents de développement économique, recherchistes et experts-conseils en marketing a augmenté de façon notable. Cette croissance s'explique principalement par l'implantation des centres locaux de développement (CLD) et par la priorité accordée par les gouvernements au secteur du tourisme et au développement des exportations. Leur nombre ne devrait toutefois augmenter que légèrement au cours des prochaines années en raison de l'annonce de compressions budgétaires dans les CLD.

Industries

Selon les données de l'Enquête nationale auprès des ménages, les agents de développement économique, recherchistes et experts-conseils en marketing travaillaient en 2011 dans de nombreuses industries, avec une certaine concentration dans les services professionnels, scientifiques et techniques (28 %), le commerce (16 %), les administrations publiques (12 %), le secteur manufacturier (10 %), et la finance et les assurances (7 %).

Caractéristiques des emplois

Selon les données des recensements et de l'Enquête nationale auprès des ménages, les femmes occupaient environ 57 % des postes dans cette profession en 2011, proportion en hausse notable depuis 1991 (44 %). La donnée sur le revenu moyen d'emploi présentée dans la section "Caractéristiques" des "Statistiques" (56 415 $) ne concerne que les 61 % des membres de cette profession qui travaillaient à temps plein et à l'année en 2010. Le revenu moyen d'emploi de ceux qui ne travaillaient pas à temps plein et à l'année ne s'élevait qu'à 32 351 $.

B) Tendances par spécialité

Commissaires industriels et agents de développement économique

Source des débouchés

Les débouchés proviendront en premier lieu des besoins de remplacement des commissaires industriels et agents de développement économique qui prendront leur retraite ou qui quitteront cette profession pour un poste de gestion ou un emploi offrant de meilleures conditions de travail dans l'entreprise privée, dans les secteurs public ou parapublic, ou comme consultant. D'autres débouchés s'ajouteront en raison de l'augmentation de l'emploi.

  • Bassin de main-d'œuvre

Ces débouchés seront accessibles aux candidats qui possèdent un diplôme universitaire dans un domaine relié à la gestion ou à l'économie. Les débouchés de commissaires industriels attirent de nombreux postulants, mais certains postes demeurent difficiles à pourvoir, car les employeurs exigent généralement de nombreuses années d'expérience en entreprise ou dans le développement économique. Toutefois, les exigences sont moins élevées pour les postes en région et les postes d'agents de développement économique. Ainsi, il est courant qu'une personne occupe un de ces postes pour acquérir de l'expérience avant de postuler un poste de commissaire industriel dans un centre urbain. Notons en plus qu'un certain nombre de débouchés seront pourvus par des commissaires industriels et des agents de développement économique en chômage, et par des immigrants qui satisfont aux conditions d'accès à la profession. En effet, la proportion d'immigrants dans cette profession était en 2011 plus élevée que dans l'ensemble des professions (22 % par rapport à 14 %, selon les données de l'Enquête nationale auprès des ménages).

Le taux de roulement est assez élevé chez les commissaires industriels. En effet, même si ce travail est des plus gratifiants, il est très exigeant et stressant et demande fréquemment du travail le soir et les week-ends. En outre, ce travail permet d'établir de solides réseaux de contacts. Dans ce contexte et grâce à ces contacts, il n'est pas étonnant de voir des commissaires industriels se tourner vers des emplois qui demandent moins de disponibilité, qui génèrent moins de stress et qui offrent de meilleures conditions de travail. Ces réseaux de contacts sont particulièrement précieux pour ceux qui s'établissent à leur compte comme consultants.

Tendances

Les commissaires industriels et agents de développement économique travaillent pour les gouvernements, les municipalités et les organismes de développement économique. Après avoir diminué de façon notable en raison des compressions budgétaires des gouvernements au milieu des années 1990, leur nombre a commencé à augmenter fortement avec la mise sur pied de mesures d'interventions pour favoriser la croissance locale de l'économie.

La création des centres locaux de développement (CLD) en 1998 est une de ces mesures. Les CLD sont des organismes sans but lucratif responsables de la planification du développement économique au niveau local. Nombre de commissaires industriels qui travaillaient auparavant pour des villes et des municipalités régionales de comté (MRC) sont maintenant à l'emploi des CLD. Dans certains cas, les plus grosses municipalités ont conservé leurs commissaires industriels, entraînant la création de nouveaux postes dans les CLD. En plus, les CLD embauchent des agents de développement économique pour pouvoir intervenir directement auprès des entreprises privées et des entreprises de l'économie sociale. L'annonce de compressions budgétaires dans les CLD restreindra les possibilités d'augmentation de l'emploi dans cette profession, même si des municipalités ont montré leur intérêt à financer à l'avenir ces activités.

Agents et experts en marketing

Cette spécialité est marquée par deux tendances opposées. D'une part, l'utilisation croissante d'études standardisées leur permet de recueillir rapidement des informations dans un secteur et de les comparer. De l'autre, certains créneaux, encore peu exploités, pourraient stimuler l'embauche d'experts en marketing. Par exemple, le développement d'outils de mesure dans les domaines de la commandite et de l'utilisation de nouveaux médias, comme Internet, est très en demande de la part des organisations. Au total, leur nombre devrait augmenter légèrement au cours des prochaines années.

Études et formation

L'accès aux postes de commissaire industriel est habituellement réservé aux diplômés universitaires en économie, en commerce, en gestion des affaires ou en administration publique, qui possèdent une solide expérience en entreprise ou dans le développement économique.

Pour accéder à des postes d'agent de développement économique, il faut habituellement être titulaire d'un diplôme universitaire en économie, en commerce, en géographie, en gestion des affaires ou en administration publique. Un diplôme d'études collégiales (DEC) dans le domaine d'intervention, par exemple en tourisme, jumelé à une expérience dans ce domaine, peut également permettre l'accès à ces postes.

Le titre de Développeur économique (D. Éc.) est décerné par l'Association des professionnels en développement économique du Québec (APDEQ) et confirme que son détenteur possède une expérience pertinente, de même que des formations de base et de perfectionnement appropriées. Cette certification professionnelle peut être exigée pour un poste en développement économique.

Pour accéder à des postes d'agents et experts en marketing, il faut habituellement être titulaire d'un diplôme d'études universitaires ou collégiales en relations publiques, en communications, en marketing, en journalisme ou dans un domaine connexe.

L'expérience permet d'accéder à des postes de direction ou de s'établir à son compte.

Références

Considérations importantes

Les débouchés de commissaires industriels attirent de nombreux postulants, mais certains postes demeurent difficiles à pourvoir, car les employeurs exigent généralement un minimum de 5 à 8 années en entreprise ou dans le développement économique.

Les exigences sont moins élevées pour les postes en région et les postes d'agents de développement économique. Ainsi, il est courant qu'une personne occupe un de ces postes pour acquérir de l'expérience avant de postuler un poste de commissaire industriel dans un centre urbain.

Le taux de roulement est assez élevé dans cette profession. En effet, même si ce travail est des plus gratifiants, il est très exigeant et stressant et demande fréquemment du travail le soir et les week-ends.

Statistiques

Principaux indicateurs du marché du travail

Les indicateurs de taux de croissance, variation annuelle d'emploi, d'érosion annuelle et des besoins annuels totaux sont des prévisions générées par des économistes de Service Canada, région du Québec.

Indicateurs et prévisions pour le marché du travail
CNP 4163 Ensemble des professions
Emploi, moyenne 2012-2014 14 850 4 042 150
Bénéficiaires d'assurance-emploi en 2014 150 80 500
Taux de croissance annuel de 2015 à 2019 0,6 % 0,5 %
Variation annuelle d'emploi de 2015 à 2019 90 22 000
Érosion annuelle de 2015 à 2019 200 83 800
Besoins annuels totaux de 2015 à 2019 290 105 800

Remarque : Toutes les données sont arrondies.

Sources : Statistique Canada – Enquête sur la population active (EPA),
Emploi et Développement social Canada (EDSC) – Données administratives

Principaux secteurs d'emploi

Les répartitions par secteur ont été préparées par des économistes de Service Canada, région du Québec.

Principaux secteurs d'emploi
Secteur CNP 4163
Services professionnels, scientifiques et techniques 28,5 %
autres services professionnels, scientifiques et techniques 22,9 %
Commerce 16,0 %
commerce de gros 9,2 %
commerce de détail 6,7 %
Administration publique 11,8 %
Fabrication 10,0 %
Finance et assurances 7,0 %
Organismes religieux, fondations, groupes de citoyens et organisations professionnelles et similaires 5,9 %
Industrie de l'information et industrie culturelle 5,7 %

Source : Statistique Canada – Enquête nationale auprès des ménages (ENM) 2011

Répartition de l'emploi selon certaines caractéristiques

Emploi selon certaines caractéristiques
CNP 4163 Ensemble des professions
Emploi selon le sexe
Hommes 43,3 % 51,9 %
Femmes 56,7 % 48,1 %
Emploi selon le groupe d'âge
15 - 24 ans 7,7 % 13,3 %
25 - 44 ans 60,0 % 42,7 %
45 - 64 ans 30,4 % 41,1 %
65 ans et plus 1,9 % 2,8 %
Emploi selon le statut
Plein temps 88,7 % 81,2 %
Temps partiel 11,3 % 18,8 %
Emploi selon le revenu annuel
À temps plein et à l'année 61,5 % 54,8 %
Revenu annuel moyen 56 400 $ 50 300 $
0 $ à 19 999 $ 8,4 % 13,3 %
20 000 $ à 49 999 $ 42,1 % 48,0 %
50 000 $ et plus 49,6 % 38,8 %
Emploi selon le plus haut niveau de scolarité atteint
Moins d'un DES 1,0 % 12,1 %
Diplôme d'études secondaires (DES) 7,9 % 20,3 %
Diplôme postsecondaire non universitaire 26,2 % 44,2 %
Baccalauréat et plus 64,9 % 23,4 %
Emploi selon la région économique
Abitibi-Témiscamingue 1,7 % 1,8 %
Bas-Saint-Laurent 1,7 % 2,3 %
Capitale-Nationale 7,8 % 9,4 %
Centre-du-Québec 1,4 % 2,9 %
Chaudière-Appalaches 3,0 % 5,5 %
Côte-Nord et Nord-du-Québec 1,5 % 1,6 %
Estrie 2,4 % 3,8 %
Gaspésie–îles-de-la-Madeleine 0,3 % 0,9 %
Lanaudière 2,8 % 6,1 %
Laurentides 4,8 % 7,3 %
Laval 5,7 % 5,2 %
Mauricie 1,6 % 3,0 %
Montérégie 16,0 % 19,2 %
Montréal 43,7 % 22,9 %
Outaouais 4,2 % 4,9 %
Saguenay–Lac-Saint-Jean 1,5 % 3,3 %
Autres répartitions d'emploi
Travail autonome 14,9 % 10,7 %
Immigration 21,5 % 13,7 %

Source : Statistique Canada – Enquête nationale auprès des ménages (ENM) 2011

Date de modification :